Aller au contenu

Articles de la catégorie ‘Présentations de travaux promotion 2012-2013’

8
Avr

Présentation des travaux sur les textes de Dimitris Dimitriadis

 

 

– La promotion 2012-2013 de « La compagnie d’entraînement » est associée au dramaturge Dimitris Dimitriadis et cet auteur majeur de la littérature européenne a accepté d’assister à la présentation des travaux de  recherche sur ses textes par les élèves comédiens que son œuvre accompagne tout au long de leur formation. Après avoir présenté le 15 novembre des monologues tirés de ses textes et le 15 janvier de larges extraits de La ronde du carré, les élèves comédiens proposent donc pour leur prochaine rencontre avec le public leurs travaux de recherche sur les textes de Dimitris Dimitriadis en sa présence le jeudi 28 mars à 19 heures. La séance sera suivie d’une rencontre publique avec l’auteur à 21 heures.

Dimitris Dimitriadis a accepté de rencontrer ensuite les élèves comédiens au cours d’un séminaire de 3 jours à l’issue duquel ils choisiront la pièce qu’ils monteront en juin dans son intégralité pour huit représentations.
avec Camille Allaria, Titouan Annabi, Céleste Bobinet, Margaux Borel, Yann Capron, Jauffey Gallé, Annabelle Hanesse, Solène Le Poulennec, Bruno Mathé et Gilles Spadari.
 

 

 


Né à Thessalonique en 1944, Dimitris Dimitriadis a fait des études de Théâtre et de cinéma à Bruxelles et à Paris entre 1963 et 1968. Sa première œuvre théâtrale, Le prix de la révolte au marché noir, écrite en français, est montée par Patrice Chéreau en 1968 à Aubervilliers. Dramaturge invité de la saison 2009-2010 de L‘Odéon-Théâtre de L’Europe, il participe à de nombreuses rencontres et lectures, et trois de ses pièces y sont créées : Le vertige des animaux avant l’abattage, Je meurs comme un pays et La ronde du carré.

Poète et prosateur, romancier, essayiste, dramaturge, Dimitris Dimitriadis est aussi un grand traducteur. Cette diversité des pratiques littéraires témoigne chez lui d’une volonté réfléchie d’ébranler la «finitude» de la littérature, de ne jamais laisser l’écriture s’installer dans son propre confort, pour en faire l’instrument et le terrain d’une quête essentielle, au nom d’un besoin qui mène l’écrivain digne de ce nom «au centre de l’être humain et à la manière de décrypter son secret inaccessible».

___

Jeudi 28 mars 2013

à 19 heures, PRÉSENTATION DES TRAVAUX DE  RECHERCHE sur l’œuvre de Dimitris Dimitriadis

par les élèves de « La compagnie d’entraînement »  promotion 2012-2013, en présence de l’auteur.

Après leurs travaux de recherche sur les théoriciens du théâtre et sur les écritures scéniques, les élèves comédiens montrent le résultat de leurs travaux sur des textes de Dimitris Dimitriadis, l’auteur associé à leur promotion que nous remercions de venir de Thessalonique. Ils explorent différents points de vue sur ces textes en expérimentant des partis pris opposés. Après cette séance, les élèves vont suivre avec l’auteur un séminaire de trois jours. C’est à l’issue de ce travail avec lui qu’ils choisiront la pièce qu’ils monteront en juin pour huit représentations.

à  21 heure, RENCONTRE  avec Dimitris Dimitriadis

1 – Margaux Borel : Work in(senso) progress.

Comment faire d’un texte un matériau de création pour l’acteur Avec Camille Allaria, Titouan Annabi, Yann Capron, Annabelle Hanesse, Bruno Mathé et Gilles Spadari.

2 – Annabelle Hanesse : « Dire l’insoutenable sans jamais rien en dissimuler ». Quand tout est dit faut-il tout montrer ?

Extraits de Phaeton.

Avec Céleste Bobinet, Yann Capron et Solène Le Poulennec

3 – Yann Capron : Comment l’espace modifie-t-il le sens ?

Extraits de La ronde du carré.

Avec Céleste Bobinet et Margaux Borel.

4 – Camille Allaria : Décors, lumières et jeu d’acteur.

Travail d’après Léthé..

Avec Gilles Spadari.

5 – Céleste Bobinet : Les différentes couleurs de la colère à travers un conflit.

A partir d’une scène entre Electre et Chrysothémis dans Faire le vide (l’évacuation.)

Avec Margaux Borel et Annabelle Hanesse.

6 – Jauffrey Gallé : Influences de la mise en scène sur le texte.

Extraits de La ronde du carré..

Avec Yann Capron et Bruno Mathé.

7 – Solène Le Poulennec : Sens contraires, contresens : expérience d’un parti pris.

Extrait d’Insenso. Avec Camille Allaria et Annabelle Hanesse.

8 – Titouan Annabi : Encorps.

Extrait de La ronde du carré.

Avec Jauffrey Gallé et Gilles Spadari.

9 –  Gilles Spadari : Présage.

Extraits de Le théâtre en écrit, Insenso

Avec Margaux Borel et Bruno Mathé.

 

10 – Bruno Mathé : Travail sur la cascade

Extraits de Chrysippe

Avec Camille Allaria, Titouan Annabi, Yann Capron, Jauffrey Gallé et Annabelle Hanesse.
______________________________________

9
Mar

Les plans séquences 2013

Jeudi 7 mars 2013 à 19 heures

Présentation publique des travaux sur les plans séquences par les élèves de « La compagnie d’entraînement » promotion 2012-2013 Dimitris Dimitriadis

Chaque élève a réalisé un plan séquence de 5 minutes sans montage avec un même appareil de photos compact. Ces travaux sont aussi un rendez-vous avec le théâtre, parce que les solutions à trouver pour filmer sans recours au montage sont transposables à la scène. Vous pouvez regarder ces plans séquences  sur Youtube.

1 – Yann Capron : Je sais pas, avec Camille Allaria et un fantôme. http://youtu.be/-NB6_-Yb1FI

2 – Bruno Mathé : Gorge profonde, avec Margaux Borel, Yann Capron, Solène Le Poulennec et Gilles Spadari. http://youtu.be/tnZmL11hSmE

3 –Annabelle Hanesse :La vie est triste. L’art est gai. Avec Théo Arbogast, Alice Campaignolle, Louise Desmullier, Antoine Jamault, Léa Méloni, Maxime Potard, Nicolas Rochette. http://youtu.be/FlKJQYft_K0

4 – Céleste Bobinet : Pas(sages), avec Titouan Annabi, Margaux Borel, Yann Capron, Jauffrey Gallé, Annabelle Hanesse, Bruno Mathé et Gilles Spadari. http://youtu.be/9R7WH7vfObs

5 – Margaux Borel : L’amour à la mer, avec Yann Capron, Annabelle Hanesse et Gilles Spadari.
http://youtu.be/4FDZiKiYN80

6 – Camille Allaria : Céréales killers, avec Pascal A., Annabelle Hanesse, Maud, Solène Le Poulennec, Guillaume Renard et Gilles Spadari. http://youtu.be/k_4HxLqmzhg

7 – Titouan Annabi : Canailles, avec Jauffrey Gallé, Bruno Mathé et Gilles Spadari. http://youtu.be/T8Zlau_MyCs

8 – Solène Le Poulennec : Des souris et des hommes, avec Camille Alllaria et Annabelle Hanesse. http://youtu.be/JIJWIr60KuU

9 – Jauffrey Gallé : Derrière, avec Céleste Bobinet, Yann Capron, Bruno Mathé et Gilles Spadari. http://youtu.be/2F4F_7X64kE

10 – Gilles Spadari : Elégies, avec Camille Allaria, Titouan Annabi, Céleste Bobinet, Margaux Borel, Jauffrey Gallé, Annabelle Hanesse et Bruno Mathé. Voix Off et Pascal A . au saxo. http://youtu.be/oFkz3utk954

 

Céréales killers de Camille Allaria

Sur le mur du fond de scène du Théâtre des Ateliers est tendu un immense drap qui sert d’écran, un haut parleur est posé au centre de la scène. Après chaque projection, l’auteur a une minute pour défendre son projet. A la fin des projections, tous se retrouvent sur scène pour répondre aux questions des spectateurs, une soixantaine, et pour dire le plaisir qu’ils ont eu à s’investir dans ce travail, autant comme comédiens pour servir  leurs camarades que comme metteur en scène de leur projet. Pour certains, ce travail rejoignait celui sur les Écritures scéniques, avec le plus que représente l’objet final, le film, qui en garde la mémoire.

Annabelle Hanesse soutient son projet

Élégies de Gilles Spadari

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le théâtre du cinéma et le cinéma au théâtre.

Texte de Max Mauro, professeur de cinéma au Lycée du Sacré-Cœur d’Aix-en-Provence

Jeudi 7 mars 2013 à 19 heures, les élèves de « La compagnie d’entraînement » promotion Dimitri Dimitriadis,  invitaient à la présentation publique de dix plans séquences de cinq minutes, réalisés sans montage, avec le même Compact.

En tant que professeur de cinéma, je suis assez curieux de voir ce que des jeunes « théâtreux », néophytes en cinéma, pourraient imaginer, avec un matériel aussi rudimentaire et des contraintes difficiles. A ma grande surprise, le résultat de ces travaux s’avère vraiment intéressant.

Certes la qualité de l’image laisse assez à désirer et le son n’est pas toujours bien maîtrisé mais qu’importe, l’essentiel est bien ailleurs : des cadrages surprenants, des situations cocasses, des dialogues savoureux, des chutes drôles, des angles de prises vues originaux, des compositions intéressantes, des mouvements parfois audacieux mais signifiants, une gestuelle et une interprétation maîtrisée et plus souvent cinématographiques que théâtrales, des propos actuels, bref de vrais parti pris esthétiques assez assumés.

À travers les différents genres visités, fiction, docu-fiction, essai expérimental, ces jeunes apprentis cinéastes d’un jour ont su faire preuve d’imagination et de créativité et ont probablement perçu les différences et similitudes du jeu d’acteur au cinéma et au théâtre, de même que ce qui les sépare de manière absolue, c’est à dire le montage.

Une fois encore, ces jeunes ont su explorer les différents ponts possibles entre le théâtre et le cinéma, à travers cette belle et fructueuse expérience, qui laissera sans nul doute quelques traces dans l’esprit de certains. Bravo !

Gorge profonde de Bruno Mathé

dialogue avec le public

18
Fév

Les Écritures scéniques 2013

Jeudi 14 février 2013 à 19h

Les élèves comédiens de « La compagnie d’entraînement » – promotion Dimitris Dimitriadis – présentent le jeudi 14 février à 19h leurs travaux sur les Écritures Scéniques, étape importante dans leur formation. Cette rencontre intervient après leur travail au Pavillon Noir sous la direction de Guillaume Siard fin janvier début février et la présentation de larges extraits de La Ronde du carré de Dimitris Dimitriadis à l’issue d’un séminaire de quatre jours avec Jean-Pierre Ryngaert le 22 janvier.
Avec : Camille Allaria, Tituan Annabi, Céleste Bobinet, Margaux Borel, Yann Capron, Jauffey Gallé, Annabelle Hanesse, Solène Le Poulennec, Bruno Mathé et Gilles Spadari.

Feuille de salle, 14 février 2013 :

La présentation des travaux de recherche sur les écritures scéniques sont sous la responsabilité des élèves comédiens. En considérant le plateau comme la toile  du peintre ou la page blanche de l’écrivain, ils proposent des séquences où ils abordent en même temps espace, texte, sons, déplacements… en faisant l’expérience d’être écrivain scénique.

1 – Margaux Borel : Racontez-moi une histoire de solitude. Avec Camille Alaria, Titouan Annabi, Yann Capron, Jauffrey Gallé, Solène Le Poulennec et Gilles Spadari.

2 – Céleste Bobinet : Qui est la plus belle ? Avec Titouan Annabi, Margaux Borel, Jauffrey Gallé  et Annabelle Hanesse.

3 – Titouan Annabi : L’homme, l’ange et l’âme. Avec Margaux Borel, Yann Capron, Jauffrey Gallé et Gilles Spadari.

4 – Bruno Mathé : Toupies. Avec les 9 autres comédiens.

5 – Camille Allaria : Monde Moderne ? Avec Céleste Bobinet,, Margaux Borel, Yann Capron, Jauffrey Gallé, Annabelle Hanesse, Solène Le Poulennec et Gilles Spadari.

6 – Jauffrey Gallé : Thérapie de groupe. Avec les 9 autres comédiens.

7 – Yann Capron : Œuf. Avec les 9 autres comédiens.

8 – Gilles Spadari : Soliloque pour deux corps. Avec Titouan Annabi et Margaux Borel.

9 – Annabelle Hanesse : Le cri du chœur. Avec les 9 autres comédiens.

10 – Gilles Spadari : Mythe. Avec Yann Capron.

11 – Solène Le Poulennec : « Choisir : l’illusion de la liberté ». Avec Camille Allaria,  Margaux Borel, Yann Capron, Jauffrey Gallé, Annabelle Hanesse et Bruno Mathé

Prochain rendez-vous avec « La compagnie d’entraînement » :

–  Jeudi 7 mars à 19h : présentation des plans séquences

–  jeudi 28 mars à 19h : présentation des travaux des travaux de recherche sur Dimitris Dimitriadis, auteur associé à la promotion 2012-2013 de « La compagnie d’entraînement », suivie d’une rencontre avec l’auteur.

 

19
Jan

Propositions Chorégraphiques

La commande Guillaume Siard

 

 

Le mardi 15 janvier à 21h, les élèves comédiens devaient faire à la demande de Guillaume Siard, danseur en charge de la pédagogie au Ballet Preljocaj et sur un schéma imposé le 30 novembre 2012, trois propositions chorégraphiques de 10 minutes chacune. Le choix des musiques et de la lumière leur incombait. Cette commande venait en amont de séances de travail avec Guillaume Siard  au Ballet Preljocaj dans la deuxième quinzaine de janvier, avant une rencontre de fin de séminaire le 1er février 2013 à 18h30 au Pavillon Noir.

 

proposition chorégraphique 1

 

Guillaume Siard après la présentation

 

proposition chorégraphique 2 - quatuor

 

20
Nov

Présentation de monologues de Dimitris Dimitriadis

Jeudi 15 novembre 2012 à 19 heures

Présentation  publique des travaux sur des monologues de Dimitris Dimitriadis par les élèves de « La compagnie d’entraînement » promotion 2012-2013

Les élèves comédiens ont travaillé sur des monologues extraits de pièces de Dimitris Dimitriadis, l’auteur associé à leur promotion. Celui-ci assistera à la présentation des travaux des élèves sur ses textes le jeudi 28 mars avant de diriger un séminaire de 3 jours avec eux. Les élèves choisiront alors la pièce qu’ils présenteront huit fois du 6 au 15 juin.

1 – Céleste Bobinet : Le vertige des animaux avant l’abattage

2   – Bruno Mathé :  Homériade

3  – Annabelle HanessePhaéton

4  – Solène le Poulennec :  Homériade

5 – Camille Allaria : Je meurs comme un pays

6  – Margaux Borel : Je meurs comme un pays

7 – Jauffrey Gallé : Léthé

8  – Yann Capron : Phaéton

9 – Titouan Annabi : Le théâtre en écrit

10 – Gilles Spadari : Léthé

 

Né à Thessalonique en 1944, Dimitris Dimitriadis a fait des études de Théâtre et de cinéma à Bruxelles et à Paris entre 1963 et 1968. Sa première œuvre théâtrale, Le prix de la révolte au marché noir, écrite en français, est montée par Patrice Chéreau en 1968 à Aubervilliers. Dramaturge invité de la saison 2009-2010 de L‘Odéon-Théâtre de L’Europe, il participe à de nombreuses rencontres et lectures, et trois de ses pièces y sont créées : Le vertige des animaux avant l’abattage, Je meurs comme un pays et La ronde du carré.

Dimitris Dimitriadis est poète et prosateur, romancier, essayiste, dramaturge ; il est aussi un grand traducteur. Cette diversité des pratiques littéraires témoigne chez lui d’une volonté réfléchie d’ébranler la «finitude» de la littérature, de ne jamais laisser l’écriture s’installer dans son propre confort, pour en faire l’instrument et le terrain d’une quête essentielle, au nom d’un besoin qui mène l’écrivain digne de ce nom «au centre de l’être humain et à la manière de décrypter son secret inaccessible».