Aller au contenu

Articles de la catégorie ‘Jaloux de Dieu – Monologue 2’

11
Oct

reprise de Jaloux de Dieu

22
Mar

Jaloux de Dieu – Monologue 2, Création 2017

Photographie © Cagliari Texte et mise en scène  Alain Simon

Assistant à la mise en scène Gilles Jolly – Lumière Syméon Fieulaine –

Avec Jeanne Alcaraz, Alain Simon et Mickaël Zemmit

Nous serons très heureux de vous accueillir au Théâtre des Ateliers à l’occasion d’une représentation de Jaloux de Dieu – Monologue 2, d’Alain Simon, création 2017 du Théâtre des Ateliers.
Pour cette création qui s’inscrit dans la suite de Sous le signe du chien,  l’équipe artistique de ce premier Monologue s’agrandit : Jeanne Alcaraz, chanteuse improvisatrice qui dirige depuis deux ans quatre ateliers vocaux dans le cadre d’Opéra On au Théâtre des Ateliers, rejoint sur le plateau Alain Simon et Mickaël Zemmit, comédien et musicien, pour un travail sur l’interprétation sonore du texte.

 Places à 15 €, adhérents, étudiants 11 €, Pass’arts 7 €  Dossier Jaloux de Dieu création 2017

Production du Théâtre des Ateliers d’Aix-en-Provence
Journal Zibeline
Vu par Zibeline
 Monologue 2, Jaloux de Dieu, une nouvelle performance d’Alain Simon

Le monde vu des mots

Monologue 2, Jaloux de Dieu, une nouvelle performance d’Alain Simon - Zibeline

Si les textes sacrés parlent toujours d’un Dieu Jaloux, Alain Simon détourne l’épithète et reprenant sans grandiloquence le thème de l’artiste concurrent de Dieu (et par là maudit), intitule son nouveau spectacle Jaloux de Dieu. Reprenant la forme de Sous le signe du chien, , le comédien, auteur et interprète, joue des associations d’idées, des glissements de sens, des échos pour un Monologue 2 aussi brillant que le 1. En un cheminement à l’imparable logique, ce virtuose du langage nous conduit du thème de la « médiation et sécurisation » (premiers mots du Monologue) au portrait de la femme de Cézanne ! Entre temps, nous sommes passés par l’aéroport de Rome, les autoroutes d’Hitler, la garnison de Toul, avons croisé une foule de personnages, du coiffeur à Van Gogh, évoqué situations et souvenirs, micros évènements qui constituent l’existence, deuils, joies, par le biais d’anecdotes, de récits, mélange du sublime et du futile… goût pour les paradoxes, depuis celui d’un titre glané, Paroles sur le mime d’Etienne Decroux, aux remarques qui allient poésie et dérision, « l’ombre doit être un flirt avec le soleil »… Définir les grands élans, fascination, frustration, échecs, succès, lois des convenances, jeu des écarts, magique liberté… conquête de l’innocence qui autorise une appréhension neuve et sereine du monde, ébauche d’un art du bonheur : « celui qui en forêt ne connaît pas le nom des arbres peut jouir pleinement de sa promenade »… L’art poétique se précise avec le portrait de la mère de Cézanne, la rêverie sur le point de vue sur le détail qui noie l’essentiel… il faut alors s’efforcer de « faire comme les peintres, cligner des yeux pour perdre le détail des choses qui masquent les formes en entretenant entre elles des relations faussées par leur utilité ». Le tout s’emporte, baigné des lumières de Syméon Fieulaine, aux sons de la subtile guitare de Mickaël Zemmit, les modulations inventives de Jeanne Alcaraz, contrepoint de chœur antique… Humour, ironie, profondeur, se conjuguent avec aisance dans cette performance acrobatique qui sait si bien lire les remuements de l’âme humaine.

MARYVONNE COLOMBANI
avril Photographie © Cagliari2017

Spectacle donné au théâtre des Ateliers, Aix-en-Provence du 25 au 31 mars

Photographie © Cagliari

Photos Cagliari 30 mars 2017

 

 

JALOUX DE DIEU

Après Monologue 1- Sous le signe du chien, dans lequel Alain Simon nous entrainait dans le labyrinthe de ses souvenirs d’enfant et d’adulte, il poursuit, dans Monologue 2 – Jaloux de Dieu, sa quête existentielle avec la même forme littéraire, mais avec une forme théâtrale beaucoup plus élaborée.

Alors qu’il avait retenu pour Monologue 1 un jeu statique, caché derrière ses lunettes noires, sans doute en raison du caractère plus intime du texte, il opte cette fois-ci pour une mise ne scène dans laquelle il utilise le langage du corps pour enrichir le texte. Il a aussi développé ce qui n’était qu’à l’état d’ébauche dans Monologue 1 : une diction chantante qui confine parfois au chant lyrique et qui donne une force poétique et incantatoire au texte.

 Il s’est adjoint pour cette performance deux artistes : Mickaël Zemmit qui soutient le texte à la guitare et au chant (comme il l’avait fait dans Monologue 1, mais avec cette fois une présence scénique plus marquée – il lui arrive même de rire et de faire bouger ses oreilles!) et Jeanne Alcaraz qui prête sa voix et son chant (sa complainte improvisée est magnifique !) en ponctuation au texte d’Alain Simon.

Quant au texte, on retrouve, comme dans Monologue 1, une pensée vagabonde qui passe sans transition d’un thème à l’autre, avec toujours les références aux comportements des chiens et des enfants qui constituent l’un des matériaux de prédilection de son enseignement. On retrouve aussi les souvenirs d’enfance, la photographie et la peinture, mais aussi des thèmes nouveaux comme les phobies, les frustrations, le poids des règles, la maladie et la mort, et bien d’autres sujets encore qui dessinent le portrait d’un homme plongé dans le chaos du monde, qui s’interroge sur le sens de la vie et qui s’émerveille d’une simple caresse sur la joue.

Un spectacle à voir de toute urgence au Théâtre des Ateliers, tous les soirs à 20h30 jusqu’au 31 mars. Pierre Le Borgne – 27 mars 2017

Jaloux de Dieu

La question de l’artiste face a la création ?
La création considérée comme le désir de passer au-delà de l’image pour approcher du réel et tenter d’en rendre compte…
« recréer un monde conforme au regard singulier que l’artiste porte sur lui »
C’est l’enjeu de ce monologue au fil de la pensée de l’auteur.
Les scènes de la vie quotidienne figées dans leur banalités s’animent, s’animent sous le regard de celui qui sait déceler l’essence même du détail négligé.
Les souvenirs qui s’entremêlent faisant émerger une figure, un objet, débarrassés de leur utilité première pour une autre vérité.
La beauté d’un paysage captée de manière saisissante par un regard de poète et de philosophe.
Le mystère de l’évocation indicible d’un moment d’intimité, d’une parole avec la mère dans l’Après de la mort.
La complicité, la similitude de démarche avec le peintre qui cligne des yeux pour perdre tout ce qui masque les formes.

Et bien d’autres éléments de réflexion qui font la densité de ce texte et sa forte résonance.

Alors pourquoi vouloir l’interpréter ?
Ma réserve initiale va pourtant tomber  au fil du spectacle… Magie du  plateau ? Peut-être… Mais surtout créativité des interprètes qui chacun dans sa partition insolite, un peu décalé, réussissent à participer du monologue lui-même jusqu’à susciter un partage enthousiaste avec le public !
Un beau moment.
Noëlle Espèrandieu