Aller au contenu

13 août 2020

Création 2020 de « La compagnie d’entraînement » promotion Marion Aubert

par Nicole ESQUIEU

Des Hommes qui tombent ( Cédric, captive des anges)

de Marion Aubert

Direction artistique et pédagogique : Alain Simon,
assistante Cécile Rattet – Lumière Syméon Fieulaine
avec Simon Benattar-Bourgeay, Isadora Bernard, Samuel Georgel Dhoye, Juliette Jenta, Élise Pignard, Théo Rocamora, Cécile Vacquier, Nicolas Vantalon.

Marion Aubert est l’auteure associée de la promotion 2019-2020 de « La compagnie d’entraînement » du Théâtre des Ateliers, et son œuvre a accompagné les élèves comédiens tout au long de leur formation. Le 12 mars ils ont présenté en sa présence leurs travaux de recherche sur ses textes avant de travailler avec elle trois jours en séminaire, juste avant le confinement général. Le 3 juin, après deux mois et demi de confinement chez eux et de travail par vidéoconférence, les élèves comédiens ont pu réintégrer le théâtre pour travailler à leur création.  Ce texte, variation sur le roman de Jean Genet Notre-Dame-des-Fleurs, a été écrit en 2016 à la demande de la compagnie Le souffleur de Verre (Clermont-Ferrand) et créé à l’automne 2017 à Aurillac, Clermont et Saint-Etienne. Traduit en portugais (Brésil), et il a fait l’objet d’une mise en lecture dramatique au Festival international Porto Alegre em Cena le 13 décembre 2019.

« Cédric n’arrive pas à dormir, obsédé par la dramaturgie du spectacle qu’ils sont en train de créer avec Julien (son amant) et les acteurs de leur compagnie ; littéralement habité par le personnage qu’il joue en ce moment : Divine, une / un prostitué(e) sortie du roman de Jean Genet Notre-Dame-des-Fleurs. Le texte de Marion Aubert se construit comme un dialogue avec l’œuvre de Genet. Il lui emprunte des éléments de structure, de lieux et de personnages. Le choc littéraire et la puissance magique de la langue de Genet transportent l’équipe du spectacle à travers le temps, du roman de 1942 à nos jours. Sur un mode burlesque, parfois chanté, cette création explicite les rapports d’une société à ses « prisons volontaires », tout en questionnant la manière dont les œuvres aident à remettre en cause, à trahir ou à transformer ». Compagnie Le souffleur de verre
Pour adultes seulement.

Entrée libre,  jauge réduite, masque et réservation obligatoires.


 

Les commentaires sont clos