Aller au contenu

Articles de la catégorie ‘L’opération Lecture Plus’

9
Jan

le chat qui allait tout seul – Lecture plus 2016-2017

Lecture plus 2016-2017 : deuxième  Histoire comme ça de la saison : Le chat qui s’en va tout seul…

 

11
Jan

Le secret des eaux du Loufoulakari – Conte du Congo

C’est le deuxième conte du Congo de la saison, après L’arbre qui parle, donné dans le cadre de Mômaix au premier trimestre.  Ces deux contes sont également présentés à 12 classes des écoles primaires d’Aix-en-Provence, dans le cadre de l’Éducation artistique et culturelle de la Ville d’Aix.

Le secret des eaux du Loufoulakari

 

Le Congo, c’est un fleuve ou un pays ? Peu importe, on y apprend l’essentiel, la réalité est encore plus belle que les contes !

Sur les rives des contes

• 27 janvier 2016⇒10 février 2016, 27 janvier 2016⇒10 février 2016 •

Le Congo, c’est un fleuve ou un pays ? Peu importe, on y apprend l’essentiel, la réalité est encore plus belle que les contes ! - Zibeline
Les spectacles de Lecture plus au Théâtre des Ateliers ne sont plus à présenter. Une lecture, mais mise en scène (Alain Simon), avec les moyens du bord (on doit pouvoir faire la même chose chez soi), inventive, spirituelle, délicieusement déjantée. Chaque année, un nouveau thème, un nouveau pays. La saison 2015-2016 s’attache au Congo, « fleuve ou pays ? ». Le voyage instruit aussi ! L’équipe de nos lecteurs-conteurs-acteurs-bricoleurs-enchanteurs, Maxime Potard, Noëli Giraud et Jacques Brossier, nous entraîne cette fois-ci sur les bords du Loufoulakari, affluent du Congo (le fleuve). Dressons une pauvre cabane, assortie de sa passerelle (qui suscitera de nombreuses interrogations de la part du public), à l’intérieur de laquelle vit un pauvre homme, fui de tous les villageois car il est sans le sou, Babela le Mal Aimé. Il a faim, n’arrive pas à pêcher sa subsistance, et se contente de quelques malheureuses crevettes. La crue du fleuve, long tissu léger animé par le souffle d’un ventilateur, apporte à notre héros un œuf énorme, d’où sort la fille du dieu Dongo. Amour partagé, enfants… et le réveil après le songe. Le bonheur s’évapore, mais l’œuf toujours entier va faire une bonne omelette, et Babela va devenir chasseur d’œufs. Sa nouvelle prospérité lui attire la sympathie des villageois (sic !). Ensuite, comme dans tout conte qui se respecte, le sosie de la jeune déesse, mais sous forme bien humaine, cette fois, viendra partager chant et cabane sur l’eau… « Siya hamba koukwaniere kwendo ! » entonnent nos deux tourtereaux. Le secret des eaux du Loufoulakari garde son mystère… le dieu Dongo a-t-il récompensé notre mal aimé ? L’ingéniosité et la patience viennent à bout de tout ? Le public essentiellement composé d’enfants (moyenne d’âge quatre ans, si l’on exclut les grandes personnes ravies de ‘devoir’ accompagner les plus petits !) est attentif, de bout en bout, se réjouit d’avoir le privilège de venir sur scène pour jouer le rôle des enfants imaginaires de Babela, ou ceux d’un pêcheur dans sa barque, pose des questions, déguste des madeleines au goûter qui suit… Quels merveilleux souvenirs à engranger et qui renaîtront peut-être, lorsque les enfants devenus  grands  savoureront de ces « gâteaux courts et dodus »…
MARYVONNE COLOMBANI
Janvier 2016
Vu le 27 janvier, Théâtre des Ateliers, Aix-en-Provence
© Alain Simon
Mercredis 3 et 10 février à 15h
Théâtre des Ateliers, Aix-en-Provence
04 42 38 10 45
10
Mar

Hayry Rouchy – spectacle Lecture plus-jeune public

 

 

Retour sur tous les articles « Critiques »

Vu par Zibeline

L'aventure celte se poursuit au théâtre des Ateliers - Zibeline

L’aventure celte se poursuit au Théâtre des Ateliers

Lectures en pays celte (suite)…
• 11 mars 2015⇒22 mars 2015 • L’aventure celte se poursuit au théâtre des Ateliers – Zibeline
Le périple des contes celtiques initié cette année par la belle formule de Lecture plus au théâtre des Ateliers se poursuit avec un module à trois, (Alice Chenu, Noëlie Giraud et Jacques Brossier), pour narrer les aventures de Hayry Rouchy qui ne connaissait pas la peur et donc, souhaitait enfin éprouver les sensations extraordinaires qu’elle procure, cheveux qui se dressent sur la tête, chair de poule (la formule est amusante n’est-ce pas !), et frissons par tout le corps (quels délices en perspective !!!). Bon, ce n’est pas vraiment l’histoire de Hayry Rouchy, mais l’ambiance reste ecossaise, le conte en attrape d’autres par le bout des « il était une fois », les absorbe, et ce beau mélange donne une savoureuse histoire où Halloween s’explique avec une clarté enfantine. Trois bouts de torchon, une attitude, et voilà nos héros en route, pour un public d’enfants ravis. Les parents ont bien de la chance de les avoir comme prétexte pour aller savourer eux aussi le charme de la représentation. Moi, j’ai un article à écrire, cela fait sérieux aussi… Ne le cachons pas, la qualité de ces spectacles touche tout le monde, et il n’est pas nécessaire de fournir un alibi pour accéder à un plaisir qui reste bien avouable !

MARYVONNE COLOMBANI
Avril 2015

Vu au théâtre des Ateliers (Aix-en-Provence) le 25 mars.

Photo : copyright Théâtre des Ateliers

Prochaines représentations au théâtre des Ateliers les 15 et 22 avril prochains à 15heures

29
Jan

La Forêt de Brocéliande

 

 

Image en ligne

Yvain et Lodine, gardienne de la fontaine enchantée de Brocéliande

Zibeline

Retour sur tous les articles « Critiques »

Vu par Zibeline

Lecture Plus nous entraîne en forêt de Brocéliande…

Amours et tournois

• 21 janvier 2015⇒27 février 2015 •

Lecture Plus nous entraîne en forêt de Brocéliande... - Zibeline

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore le principe de Lecture plus, il s’agit de lecture, plus du théâtre, en une forme rapide, concoctée en quelques jours, dynamique, simple, avec des décors et des costumes à la portée de tous même si vous êtes un enfant très jeune ou un grand pas trop bricoleur, mais avec des idées quand même, de l’imagination, de la fantaisie… le dernier exploit du quatuor enjoué du théâtre des Ateliers, mis en scène avec bienveillance et précision par Alain Simon. Puisant dans le vaste répertoire des récits de la légende arthurienne, la troupe de Lecture Plus s’attache ici à faire revivre une des belles histoires nées des mystères de la forêt magique de Brocéliande, avec Yvain, le chevalier au lion. Comment ce jeune et preux héros de la Table Ronde vient défaire le Chevalier Noir, gardien de la fontaine ensorcelée, rencontre la mutine et capricieuse Dame Laudine, la conquiert, la perd, la retrouve à nouveau pour le meilleur. Adaptation libre de l’histoire signifie aussi apparition de nouveaux personnages, les fées Hideuse et Mauvaise et l’abandon d’autres, comme le géant Harpin de la Montagne… Les enfants spectateurs, pour une fois, participent tous (ceux qui ne sont plus vraiment des enfants ne s’en privent pas aussi d’ailleurs !), esclaves malheureux des fées, tirent les rubans, pardon les fils de soie d’une grosse bobine, non, de leurs métiers à tisser… On rit, on se laisse emporter par le rythme endiablé de cette narration où les voix se croisent, les personnages s’échangent, se distribuent… Fin de l’illusion théâtrale ? Assurément non ! Si l’on connaît toutes les ficelles du spectacle, l’habileté de nos joyeux acteurs-lecteurs (Jacques Brossier, Alice Chenu, Noëlie Giraud et Maxime Potard) consiste à nous les faire oublier, ou plutôt à nous les faire savourer, multipliant le plaisir d’entendre un récit captivant par la conscience même de sa construction. La distanciation s’érige en art. Un pur bonheur !

MARYVONNE COLOMBANI

Mars 2015

Vu au théâtre des Ateliers, Aix-en-Provence le 25 février

©théâtre des Ateliers

30
Juin

Cuchulainn et Ferdiad : les frères ennemis

Dans le cadre de Mômaix

à 15 h : mercredi 15, lundi 27, mardi 28, mercredi 29, jeudi 30 octobre

mercredis 12 novembre, 19 et 26 novembre

mercredi 3 décembre

Avec  Jacques Brossier, Alice Chenu, Noëlie Giraud et Gilles Jolly

Cuchulainn et Ferdiad s’aiment comme deux frères, ils ont tout appris ensemble et sont tous deux de grands guerriers. Mais un jour leurs royaumes respectifs entrent en guerre l’un contre l’autre. Refusant tout d’abord le combat, ils sont obligés de s’affronter… Ce conte est une des nombreuses versions de l’un des plus célèbres de la tradition orale celtique. On rapporte qu’en conquérant l’Armorique les romains coupaient la langue aux femmes pour les empêcher de raconter à leurs enfants les exploits des guerriers celtes.

A partir de la lecture d’un conte, les comédiens du Théâtre des Ateliers créent un théâtre d’urgence, provisoire, spontané, fait de carton, de lumière et d’obscurité. Les contes de cette saison proviennent des pays celtes, et permettront  aux enfants de découvrir un autre univers, une autre culture, et en même temps de mesurer le caractère universel des contes. Chaque séance est suivie d’un goûter-rencontre, moment de convivialité pour les enfants qui peuvent échanger leurs impressions avec les comédiens, voir comment sont conçus décors et accessoires, et s’emparer du plateau.

à partir de 4 – 5 ans –

Tarif unique  7 € (goûter compris pour les enfants) réservations  indispensables : 04 42 38 10 45 / theatredesateliers@yahoo.fr

Texte envoyé par Michèle Bonnet, qui a assisté avec son petit fils Matteo à la séance du 29 octobre :

La dernière séance ? Non heureusement ! Il me reste un dernier petit fils ; je viens à Lecture Plus depuis la création – il y a 20 ans. Mes petits enfants sont venus dés l’âge de 3 ans, et je me régale toujours autant ! Ce mercredi 29 octobre, c’est la légende de Cuchulainn – conte celtique. Mattéo a beaucoup aimé « le chevalier, la couronne du roi, les cabrioles, le taureau, les dessins, le jus de fruit et les bonbons ». L’histoire n’est pas simple mais le jeu très expressif captive les enfants – du plus petit au plus grand. Les accessoires et les costumes bricolés nous transportent dans un autre monde, très loin de nous et pourtant si proche par ses problèmes : la guerre, les rivalités, l’orgueil, la jalousie… Les enfants sont sollicités à un moment : ils jouent le retour de guerriers vaincus et blessés qui doivent exciter la colère de Ferdiad contre son ami Cuchulainn et le pousser à lui faire la guerre. Ils doivent pour cela lui lancer des insultes : « sale mioche ! » crie l’un, « cervelle de poisson ! »  invente un autre – c’est plus beau que le texte ! Cette fois la fin est tragique, c’est rare. Mais un enfant crie au mort « allez, relève-toi maintenant ! ». J’aime l’énergie et la créativité des comédiens, leur plaisir de jouer, les patientes explications données aux enfants : comment ils ont fait. Pour ce conte, pas de jeux de lumières, peu de musique, un spectacle assez sobre. Mais le taureau est très présent ! Michèle Bonnet

 

 

 

 

6
Mar

La fille du roi des éléphants Lecture plus 2014

mercredis 12, 19, 26 mars, 2, 9 et 16 avril à 15 h

Lecture Plus Jeune Public : La fille du roi des éléphants – Conte du Laos

A partir de 4-5 ans

Mise en scène Alain Simon

Avec Jacques Brossier, Alice Chenu et Noëllie Giraud

 

 

Kéo-Fa est la fille du roi des éléphants, sa mère l’a eu en buvant dans une mare formée par l’empreinte d’un éléphant. Malgré son apparence humaine elle ne trouve pas sa place au milieu des hommes et décide de retrouver son père. Bien que le roi des éléphants se méfie des humains il reconnaît sa fille et l’accepte parmi les siens. Kéo-fa semble enfin heureuse mais la rencontre avec un cornac va tout bouleverser
Adaptation de deux contes bouddhistes, cette histoire rend hommage aux animaux,  à la nature et à l’amour.

 

Kéo-fa veut faire connaissance avec les enfants du village…

Des enfants sont invités à descendre sur le plateau et à prendre part à l’action. Chaque séance est suivie d’une rencontre avec les comédiens à qui les enfants peuvent poser des questions sur le conte, son adaptation,  la mise en scène et les accessoires.  Elle se prolonge par un goûter et c’est un moment convivial très apprécié du jeune public.

Tarif unique 7 €, goûter compris pour les enfants.

 

Kéo-Fa est myope comme son père.

 

Le colporteur passe avec sa charrette chamarrée, il apporte des lunettes à Kéo-Fa, qui est myope comme son père…. mais elle ne voit toujours rien…. C’est une loupe qu’il lui faut !

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12
Fév

Le chant miraculeux

Les parents s’extasient devant la beauté du bébé
La princesse a l’idée d’organiser un concert
Le concert de la princesse
Le désespoir de la princesse

Le chant miraculeux, conte du Viêt-Nam, c’est l’histoire de la fille d’un roi du Viêt-Nam absolument ravissante à la naissance, mais avec une voix si exécrable que sa mère l’abandonne au père. Celui-ci voue sa vie à élever cette enfant à la beauté exceptionnelle et à éviter qu’elle ait à souffrir des moqueries des autres. Mais la princesse adore chanter, et veut absolument organiser un concert… Le roi a beau payer le public pour qu’il y assiste, -des enfants invités sur scène- la voix est tellement horrible qu’il s’enfuit en rendant l’argent ! La Princesse comprend alors que son père lui a menti, que sa voix est détestable, et comme ce qu’elle aime c’est chanter, elle décide de ne plus quitter son lit et de se laisser mourir. C’est alors que le père entend parler d’un guérisseur d’âme, à la laideur effroyable mais à la voix si belle qu’elle rend paix et joie à tous ceux qui l’entendent…..

Lecture Plus, ce sont des spectacles mis en scène par  Alain Simon avec des comédiens qui passent instantanément du jeu à la narration et d’un personnage à l’autre, avec pour décor et accessoires des objets du quotidien détournés afin de stimuler l’imaginaire des enfants – ici une robe blanche roulée en boule est un nourrisson, déroulée tout d’un coup, la comédienne l’enfile et l’on comprend que l’enfant est devenu jeune-fille – tout cela pour les inciter à faire eux aussi du théâtre à partir d’histoires lues dans leurs livres. A chaque spectacle, des enfants sont invités à venir sur scène interpréter des personnages, et le public enfantin resté dans les gradins se délecte d’avoir envoyé une délégation sur le plateau.

Chaque séance est suivie d’une rencontre avec les comédiens à qui les enfants peuvent poser des questions sur l’histoire, les pourquoi et les comment de la mise en scène… et d’un goûter partagé.

Avec Jacques Brossier, Alice Chenu -dont il faut saluer la performance vocale !- et Maxime Potard.

Mercredis 22 et 29 janvier, 12, 19 et 26 février, lundi 24 et mardi 25  à 15h Tarif unique 7 €, goûter compris pour les enfants.

 

 

20
Oct

La vie Merveilleuse de Noix de Coco – conte du Vietnam

La vie merveilleuse de Noix de Coco – conte  du Vietnam

Kadop est né en l’année du rat, ère du cheval et mois du crabe : que du mauvais! On comprend que sa vie ait été complètement en dehors de la normale. La preuve: il naquit sans bras, et sans jambes, rond comme une noix de coco! Pendant des années, il parvint à tromper tout le monde sur sa réelle identité: en réalité, sa noix de coco n’était qu’une carapace, de la quelle il sortait tous les soirs, et surtout, il était le protégé des esprits, qu’il pouvait appeler à son aide chaque fois qu’il en avait besoin !

A 15 h : jeudi 24, vendredi 25, lundi 28, mardi 29 et mercredi 30 avril

avec les 8 élèves de la promotion 2013-2014 de « La compagnie d’entraînement »

20
Oct

Le chant miraculeux – conte du Vietnam

Lecture Plus Jeune Public : Le chant miraculeux – Conte du Vietnam

A partir de 4-5 ans

Mise en scène Alain Simon

Avec Jacques Brossier, Alice Chenu, Maxime Potard.

My Nuong, belle princesse, vit cloîtrée dans son palais. Chaque matin, elle entend depuis sa fenêtre le chant envoûtant d’un pêcheur qui part travailler, mais elle ne parvient jamais à voir son visage depuis ses hautes fenêtres. Un beau matin, le chant ne se fait plus entendre. La princesse guette chaque matin, mais le silence s’est installé. La princesse tombe alors gravement malade, et son père, un puissant seigneur, décide de se mettre à la recherche de ce mystérieux chanteur pour redonner à sa fille le goût de vivre.

Des enfants sont invités à descendre sur le plateau et à prendre part à l’action. Chaque séance est suivie d’une rencontre avec les comédiens à qui les enfants peuvent poser des questions sur le conte, son adaptation,  la mise en scène et les accessoires.  Elle se prolonge par un goûter et c’est un moment convivial très apprécié du jeune public.

A 15h : mercredis 22 et 29 janvier, 12,19 et 26 février, lundi 24 et mardi 25 février.

Tarif unique 7 €, goûter compris pour les enfants

20
Oct

Croûte de Riz – conte du Cambodge

Croûte de riz – conte du Cambodge

Croûte de Riz et sa grand mère dans la rizière

Une légende raconte que dans le Tep Boreï, province du  Cambodge gouvernée par Monsantong, seigneur avare et cruel, vivaient un jeune garçon malicieux et sa vieille grand-mère. Elle l’avait nommé Croûte de Riz car il n’aimait que ce qui était brûlé, attaché au fond des gamelles. C’était une aubaine pour cette  pauvre femme, car était plus facile à nourrir en ces temps de disette organisée par Monsantong. Croûte de Riz avait une passion pour les animaux et une grande curiosité. Grâce à cela, bien que promis comme tous les villageois à une vie de misère, il réussit à forcer le destin…

avec Jacques Brossier, Alice Chenu, Gilles Jolly et Maxime Potard.

à 15 h : mercredi 16, lundi 21, mardi 22, mercredi 23, jeudi 24 et vendredi 25 octobre, mercredis 6 novembre, 4 et 11 décembre.

 

Croûte de Riz apporte la récolte à Monsantong 16-X-2013

Croûte de Riz veut adopter le singe

Croûte de Riz devant le roi des Mangas

Croûte de Riz réunit les paysans

Les paysans devant Monsantong