Aller au contenu

Articles de la catégorie ‘Les Improvisées / Parcours’

5
Déc

Parcours

PARCOURS

Cet espace de travail et de rencontre avec le public est proposé aux anciens élèves de « La compagnie d’entraînement » pour présenter soit une création, soit un travail en cours. Il répond au souci du Théâtre des Ateliers de suivre les parcours artistiques des anciens élèves de la compagnie et d’encourager leurs propositions.

La formation professionnelle du Théâtre des Ateliers met en place des dispositifs visant à permettre aux élèves d’être les inventeurs du théâtre qu’ils veulent pratiquer et le public qui suit avec intérêt la progression des élèves tout au long de leur année de formation trouvera sans aucun doute un grand intérêt à constater de quelle manière ils ont développé leurs capacités, et quels pions originaux ils ont poussé sur l’échiquier artistique ! Pour les élèves en cours de formation, ils pourront voir comment ce qu’ils apprennent, expérimentent, découvrent devient dans le temps une pratique de création singulière. Et puis présenter son travail dans le lieu même où l’on s’est formé est important pour les anciens élèves, il permet de relier leur pratique aux promesses échafaudées dans le lieu même du Théâtre des Ateliers. Ce n’est pas un retour aux sources mais une mise en perspective de leur parcours professionnel. Alain Simon

Pour ce premier Parcours, quatre propositions sont programmées sur trois jours.

 

 

 

 

 

 

Places à 11€, adhérents étudiants 7,50  € et un pass à 20 € pour les 4 représentations

 

GOODBYE PÉNÉLOPE – Elyssa Leydet Brunel– Vendredi 14 décembre à 19h

Il s’agit d’une discussion, animée et énergique, entre quatre femmes ; ainsi que de leur organisation quotidienne. Parmi leurs rituels, elles se racontent leur mère et leur grand-mère, les récits familiaux, les anciens pays, les anciennes chansons, les déplacements qui marquent les corps, les identités, les langues que l’on parle. 

Dans ce chœur de femmes, apparaît la figure de Pénélope, inspirée du personnage de l’Odyssée — elle qui est restée et qui a tant attendu, et qui a tant correspondu aux attentes projetées sur elle, ce rôle, cette fonction dans la fable — Pénélope, au contact des autres, sent émerger en elle une conscience nouvelle. 

Elle tente alors d’exprimer une colère, une impatience, une frustration ; les autres femmes la regardent, surprises et soulagées en même temps. Elles essaieront dès lors de l’aider et de l’accompagner. 

Comment assumer la responsabilité, tout à coup, de cette vie dont on prend brusquement conscience ? Faut-il alors s’en aller à son tour ? Comment savoir ? Quelle décision prendre, laquelle me ressemble et m’appartient, et me permet d’utiliser ma vie comme quelque chose qui serait à moi ?

 Texte et mise en scène : Elyssa Leydet Brunel

avec Derya Aydin, Floriane Fontan, Jeanne Peltier-Lanovsky et Ela Przekaza

 

OPERA MILORD – Mickaël Zemmit – samedi 15 à 15h

« Deux chaises, deux micros, deux poèmes, installation minimaliste qui sert de décor à un jeu. Ça commence par une lecture aléatoire puis le spectacle s’épaissit. Le spectateur devient lecteur puis musicien ou danseur ou choriste. Tout est à inventer pour un assemblage éphémère, un opéra de poche. 

 Milord est le nom du salon où ma mère était coiffeuse, lieu public où se brassaient les  gens du dehors avec ceux du dedans. Enfant, je me sentais spectateur de toute cette activité qui générait tant de mots, tant de bruits, et tant de gestes. J’étais fier de participer à ce flot, à cet élan, comme un figurant d’opéra. » Mickaël Zemmit

 Texte et mise en scène  Mickaël Zemmit

avec Léa Linconstant, Hugo Bosc, Virgile Pesce, Hugo Bosc, Stéphane Richard, Mickaël Zemmit

 

 LA BIENVENUE – Anna Fagot – samedi 15 décembre à 20h30

« La Bienvenue » est le titre du texte-matière à partir duquel Anna Fagot, jeune metteure en scène et auteure a tissé une partition pour 3 acteurs : Olivier Corcolle, Julien Gaunet et Mathilde Lefèvre : « Bienvenue! ». Le spectacle final sera fait de chaises, de texte, de bruits et de mouvement. Une véritable exploration sonore est prévue fin décembre avec le compositeur Alex Grillo.

Mais que dire de cette étape du 15 décembre aux Ateliers? L’envie était de profiter de cet espace offert par le théâtre pour une carte blanche autour de la création : lectures de textes issus du texte matrice de « La Bienvenue », certains choisis et d’autres non choisis pour le spectacle, performances autour de la création, autour de l’aventure et autour de l’hospitalité (via un appel à projet lancé sur facebook du 4 novembre au 4 décembre 2018 : « L’hospitalité s’invite sur Facebook »).

Texte et mise en scène Anna Fagot

avec Clara Beaume, Olivier Corcolle (sous réserve), Anna Fagot, Julien Gaunet et Annabelle Verhaeghe (sous réserve).

 

ADMINISTRATEURS–CREATEURS –dimanche 16 décembre à 18h

Laetitia anime des réunions comme personne. Camille manie le tableau Excel comme s’il s’agissait d’une technique artistique. Et si vous avez besoin d’un débriefing ou d’un reporting, demandez à Nicolas. La vie les a préparés à devenir des administrateurs, à l’aise dans le confort de l’arrière-front.

Et en même temps, elle chante, il filme, elle joue, ils créent. Ils veulent passer à l’avant-scène, ça les travaille en continu. La nuit, Laetitia tarde à s’endormir en réécrivant son histoire. Le week-end, Camille lève les yeux, en songeant à hier et à demain. Nicolas, au moment de la sieste, compte les moutons qui dansent autour de lui. Oh, ils pourraient bien ne voir les artistes qu’en spectateurs.

Ne pas prétendre avoir quelque chose à dire, c’est si naturel. Et si rapide de se penser illégitimes. Mais il n’en est rien. Ils sont créateurs chez les administrateurs, administrateurs chez les créateurs. Le cul entre deux chaises, et le vide en-dessous. Souvent, ils se demandent si artiste n’est pas d’abord un mode de vie. Et juste après, ils se disent souvent que ce n’est qu’une formule. Il faut juste tenter. Comme dirait un philosophe des temps modernes, quand tu sens que tu dois le faire, « just do it » !

 Une proposition de Nicolas Bole, Camille Nauffray et Laetitia Sadak

 

30
Jan

Improvisée n° 2 : Inventer sa danse

  Pour cette deuxième Improvisée de la saison, le Théâtre des ateliers accueille pour la troisième fois le danseur et chorégraphe Bernard Menaut qui, après une courte sensibilisation, invitera le public à le rejoindre sur le plateau et à retrouver le plaisir  de ses propres mouvements et ainsi à oser créer sa propre danse sur une musique contemporaine de la Playlist de France Musique.

places à 11€, adhérents, étudiants ATP 7,50€

 

 

11
Jan

Improvisée n°1 : Alors

Pour la douzième Improvisée du Théâtre des Ateliers, c’est à Clémentine Baert, ancienne élève de « La compagnie d’entraînement », qu’Alain Simon a confié la première de cette saison. La comédienne l’a invité à travailler avec elle à partir d’extraits d’Alors, est-ce que c’est là ? créé en mars 2017 au CDN de Dijon puis au Théâtre de Gennevilliers et de sa prochaine création Jusqu’ici pour laquelle elle sera en résidence d’écriture à La Chartreuse d’Avignon du 15 au 31 mars.

« De l’écriture au plateau : dans mes spectacles, je cherche à explorer la différence qui existe entre la pensée intérieure d’un individu et ce qu’il peut laisser paraître de lui-même aux autres. C’est cet écart, cette différence que je cherche à décrire, à comprendre dans mon travail d’écriture puis dans celui de mise en scène. Pour écrire, je fais des aller-retour entre un texte que j’ai écrit et des improvisations au plateau qui enrichissent mon texte. Pour cette Improvisée, je souhaite donc travailler avec Alain Simon sur des extraits de mes pièces pour explorer les liens entre l’écriture et l’improvisation, ainsi que d’explorer comment des textes d’économie ou scientifiques peuvent venir en regard des préoccupations de mes personnages. » Clémentine Baert.

 Ancienne élève de l’Option théâtre du Lycée Cézanne, Clémentine Baert a fait partie de la 3e promotion de « La compagnie d’entraînement » avant d’entrer à l’ERAC, puis de se former auprès de Robert Wilson au Watermill Center de 2001 à 2003. Comédienne, elle joue sous la direction de Pascal Rambert, Oriza Hirata, Georges Lavaudant, Bernard Sobel et Robert Wilson à New York, et dans ses propres mises en scène. En janvier 2018, elle alterne en tournée Tristesse et joie dans la vie des girafes de Tiago Rodrigues, mise en scène Thomas Quillardet et A nous deux maintenant de Jonathan Capdevielle, metteur en scène, d’après Un crime de Bernanos.

Les Improvisées, proposition singulière du Théâtre des Ateliers depuis la saison 2014-2015 pour bâtir librement des soirées uniques, spontanées, inventant d’autres partages avec le public, dont la forme et le contenu font largement appel à l’improvisation.

Places à 11€, adhérents, étudiants 7,50€,

Clémentine Baert

18
Avr

Improvisée n°3, Propos des Alain

 Nous serons très heureux de partager avec vous la troisième Improvisée de la saison, qui réunira sur le plateau deux Alain, Alain Reynaud, clown des Nouveaux Nez &Cie, et Alain Simon, pour des Propos, en référence et avec humour au philosophe Alain.
        Alain Reynaud revient pour une troisième improvisée, après celles, mémorables, sur Autour de la Grotte Chauvet en 2015, et Avant le Trio en 2016. Comme pour Voyage sur place, spectacle qui réunissait les deux artistes, construit sur des improvisations au cours desquelles il relançait Alain Reynaud sur son enfance, Alain Simon, en Monsieur Loyal, relancera en direct le clown pour improviser avec lui des dialogues comme autant de chroniques sur l’actualité, la vie…. et le public sera invité à participer à la fête.
Clown fondateur de la Compagnie des Nouveaux Nez, directeur artistique de La Cascade-Pôle national cirque et du Festival d’Alba la Romaine, Alain Reynaud  a rencontré  Alain Simon à l’occasion d’une intervention par un séminaire dans la formation de « La compagnie d’entraînement » en 2006 et qui se poursuit depuis. L’entente entre les deux artistes s’est concrétisée par la mise en scène du clown par Alain Simon dans Paysage sous surveillance d’Heiner Müller en 2008, puis en 2011 par celle de Voyage sur place, d’Alain Reynaud, mis en scène par Alain Simon et interprété par les deux artistes.
 

Les improvisées, proposition singulière du Théâtre des Ateliers depuis la saison 2014-2015 pour bâtir librement des soirées uniques, spontanées, inventant d’autres partages avec le public, dont la forme et le contenu font largement appel à l’improvisation.

 

 

2
Déc

Improvisée n°1 décembre 2016

Lundi 12 décembre 2016 à 20h30 : Improvisée n°1 : L’improvisation

infot-impro-page-001

Cette première Improvisée de la saison (la neuvième depuis la création du label) sera consacrée à l’improvisation.

Nous inviterons les spectateurs à découvrir cette technique de jeu et à réfléchir à ce qu’elle apporte en partant de cette définition du dictionnaire : Écriture sur le champ de vers, chansons, danse….

Pour nous comédiens, l’improvisation est une forme d’exercice de la liberté, puisque rien n’est prévu, sinon la durée et parfois le thème.
L’improvisation, c’est le cerveau qui ouvre sa mémoire dans laquelle l’improvisateur puise pour créer en direct. L’urgence de trouver quoi dire, quoi faire, empêche justement de chercher et l’improvisateur pour fonctionner doit épouser la façon dont la mémoire emmagasine ses matériaux en les reliant par des connexions innombrables, complexes et surprenantes. Rien n’y est classé comme les livres peuvent l’être dans une bibliothèque ou les photos dans un album. On est plus dans la ressemblance avec le carton à chaussures où se retrouvent pêle-mêle des photos, un article de journal, le galet ramené d’Étretat… Bien sûr, tout obéit à une logique, et la madeleine de Proust trempée dans le thé est bien connectée avec les souvenirs  d’enfance de l’auteur, et c’est le goût dans la bouche de la madeleine mélangée au thé qui en  active la précise réminiscence. Et c’est cette spontanéité, et cette imprévisibilité qui rendent l’improvisation si émouvante et depuis l’avènement de la psychanalyse si inquiétante : Qu’est-ce que je vais révéler de moi en improvisant ? Cela rend l’exercice périlleux et en même temps si exaltant ! Le contrôle est impossible car il coupe l’improvisateur du fil de ses associations d’idée.

Mais jouer le jeu devient un plaisir pour celui qui improvise, mais aussi pour celui qui l’écoute. C’est ce plaisir que nous voulons explorer au cours de cette Improvisée. Vous assisterez à des improvisations des comédiens du Théâtre des Ateliers, des élèves de « La compagnie d’entraînement » mais nous convierons aussi les spectateurs volontaires à s’y essayer à leur tour.

au Théâtre des Ateliers d’Aix-en-Provence  – 29, place Miollis –

Places à 11 €, adhérents, étudiants 7 €.   réservations 04 42 38 10 45 – theatredesateliers@yahoo.fr

9
Mar

Improvisée n° 3 – Avant le trio

info avant le trio net

 

Avec Avant le Trio, le Théâtre des Ateliers présente pour la troisième Improvisée de la saison le travail de deux clowns internationaux, l’allemand Heinzi Lorenzen, Fritz, et le français Alain Reynaud, Félix Tampon.En juillet prochain, et avec leur compère argentin Gabriel Chamé actuellement en tournée, ils doivent créer avec la collaboration artistique d’Alain Simon le spectacle Trio au festival d’Alba la Romaine 2016. Avant ce rendez-vous estival à trois, tous deux viennent travailler une semaine en résidence au Théâtre des Ateliers avec Alain Simon. C’est le travail du clown de piste qu’ils veulent célébrer avec les jeux les plus simples mais qui sont le fondement de leur art : chapeaux, claques, entrées, musiques, jonglage…

Au terme de cette résidence ils rencontreront le public en le rendant complice de l’état de leur travail de création.

Avec Heinzi Lorenzen et Alain Reynaud et la complicité d’Alain Simon et de Gilles Jolly.
 Alain Simon a déjà fait travailler le trio en 2014 à La Cascade, Pôle national cirque Rhône-Alpes dont Alain Reynaud est le directeur artistique. Ce dernier a assuré l’an dernier une Improvisée mémorable sur la Grotte Chauvet. La collaboration du Théâtre des Ateliers avec lui remonte à la création de Paysage sous surveillance d’Heiner Müller, avec Alain Reynaud mis en scène par Alain Simon, et à Voyage sur place d’Alain Reynaud,  qui a réuni les deux Alain sur le plateau dans une mise en scène d’Alain Simon.
Les Improvisées sont une proposition singulière du Théâtre des Ateliers depuis la saison dernière pour bâtir librement cinq soirées uniques, spontanées, inventant d’autres partages avec le public, dont la forme et le contenu font largement appel à l’improvisation.

 

 

24
Fév

Improvisée n°2 après L’Odyssée Inventer sa danse

info après l'Odyssée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après la lecture de L’Odyssée d’Homère qui avait rassemblé cent quinze lecteurs Place de l’Hôtel de Ville en mai 2013 dans le cadre de Marseille-Provence – capitale européenne de la culture, le Théâtre des Ateliers a voulu réunir de nouveau le trio musical Jean-Luc Anton, Christophe Paturet et Daniele Schön ainsi que le danseur Bernard Menaut et inviter le public  après une courte sensibilisation par Bernard Menaut à retrouver le plaisir  de ses propres mouvements et à oser créer sa propre danse sur une musique du trio.

Le trio et Bernard Menaut

Le trio et Bernard Menaut

 Echauffement : bouger ensemble sur le plateau

Echauffement : bouger ensemble sur le plateau

Démonstration : agir l'autre qui doit se laisser faire

Démonstration : agir l’autre qui doit se laisser faire

 

l'exercice !

l’exercice !

l'exercice

l’exercice

Inventer sa danse

Inventer sa danse

inventer sa danse

inventer sa danse

 

 

11
Déc

Improvisée n° 1 : La Haine, Pourquoi le racisme

info La haine

Née d’une proposition d’Anna Fagot,  comédienne et psychiatre, ancienne élève de « La compagnie d’entrainement », La haine, pourquoi le racisme Improvisée n° 1 est dans la lignée de celle qui avait été organisée en décembre dernier autour de la question Pourquoi la guerre ? faite par Einstein à Freud.  Comme l’an dernier nous invitons des psychiatres, psychologues et psychanalystes qui amèneront des textes choisis par eux et la soirée sera bâtie à partir de la lecture par les comédiens du Théâtre des Ateliers d’un fragment de Peau Noire et Masques Blancs de Frantz Fanon et des textes choisis par les invités, et en interaction avec le public autour de ces textes.

                                                                                   Avec Anna Fagot,  Gilles Jolly, Alain Simon

                                                                et la participation de psychiatres, psychologues ou psychanalystes

La Haine : pourquoi le racisme est première des cinq soirées intitulées Les improvisées, proposition singulière du Théâtre des Ateliers depuis la saison dernière pour bâtir librement des soirées uniques, spontanées, inventant d’autres partages avec le public, dont la forme et le contenu font largement appel à l’improvisation.

 Tarif  unique : 7 €

19
Mar

Improvisé n°5 autour de la Grotte Chauvet

    lundi 13 avril à 20h30 :

Improvisée n°5 : Autour de la Grotte Chauvet par Alain Reynaud

 Cette cinquième Improvisée sera bâtie par Alain Reynaud avec la complicité d’Alain Simon autour de la Grotte Chauvet qu’Alain Reynaud a eu le privilège de visiter. En effet dès le début il a été décidé de fermer la grotte au public et de créer à quelques kilomètres de là un espace de restitution pour protéger des peintures rupestres vieilles de 36.000 ans exceptionnelles par la diversité des représentations animales et par leurs qualités artistiques. Pendant deux ans et demi préhistoriens, géologues, ingénieurs, architectes, plasticiens ont travaillé pour faire de la Caverne du Pont-d’Arc un espace de restitution à l’échelle d’une qualité artistique et scientifique qui le place au premier rang. L’ambition architecturale et artistique de ce site de restitution en fait un événement à lui seul. Il sera inauguré par le Président de la République le 10 avril, trois jours avant l’Improvisée, avec comme maître de cérémonie le clown Alain Reynaud, directeur artistique de La Cascade – Pôle National Cirque de Bourg-Saint-Andéol, très près de Vallon Pont-d’Arc.

Alain Reynaud et Alain Simon ont visité ensemble le chantier lors de l’installation des fresques il y a quelques mois et l’idée de cette Improvisée est née de cette visite. Pour cette Improvisée n° 5, Alain Reynaud a demandé à Albert Ollier, l’un des architectes de ce chantier exceptionnel, de se joindre à la soirée, ainsi que le concours d’Isabelle Quinette, chorégraphe.

 Infot Chauvet

  « La Grotte Chauvet, veuillez me suivre ! ». Alors là mes mains sont devenues moites, mes pieds sont devenus comme il y a 36000 ans lorsque l’homme se retrouvait devant le mégacéros, légèrement humecté d’une petite sueur dégoulinante, et là j’ai suivi l’homme qui m’a emmené devant le coffre fort, le coffre fort des vestiges de l’humanité, il a tapé le code, tut tut tut tut tut.  Et la porte s’est ouverte… Alain Reynaud

 Avec Alain Reynaud,  Albert Ollier, Isabelle Quinette et Alain Simon

au violoncelle Léna Reynaud

Assistant Gilles Jolly – Lumières Syméon Fieulaine

Improvisée : proposition singulière du Théâtre des Ateliers cette saison pour bâtir librement des soirées uniques, spontanées, inventant d’autres partages avec le public, dont la forme et le contenu font largement appel à l’improvisation.

Tarif unique 7 € – réservations : 04 42 38 10 45 – theatredesateliers@yahoo.fr

 

Lundi 13 avril 2015 à 20h30  : Autour de la Grotte Chauvet avec Alain Reynaud

La Caverne du Pont d’Arc, espace de restitution de la Grotte Chauvet sera inauguré le 9 avril, avec pour maître de cérémonie Alain Reynaud, clown des Nouveaux Nez & Cie, directeur artistique de La Cascade, Pôle Cirque et du Nouveau Festival d’Alba la Romaine. Il a aussi  été comédien dans deux créations du Théâtre des Ateliers, Paysage sous surveillance d’Heiner Müller et Voyage sur place dont il est auteur. Il intervient pour « La compagnie d’entraînement » par un séminaire sur le clown depuis 2006. Alain Simon bâtit avec lui  cette dernière Improvisée de la saison pour parler de l’extraordinaire découverte de fresques datant de 36000 ans et de la magnifique aventure scientifique, technologique et artistique qu’à été depuis 2012 la construction de la plus belle réplique à l’échelle qui soit au monde.

Tarif unique 7 €.

Début de la visite dans le hall

Début de la visite dans le hall

 

Dans la grotte Chauvet, le Guide

Dans la grotte Chauvet, le Guide

 

Chauvet cie 2 comp

La fresque des chevaux, Isabelle Quinette et La compagnie d’entraînement

Impro Reynaud grotte comp

le public de la Grotte

 

 

19
Mar

Improvisée n° 4 : Le lit d’Alice ou soixante huit tard que jamais

 

Vendredi 3 avril à 20h30


Cette quatrième Improvisée sera bâtie autour du texte écrit par Alice Chenu au moment de la création Le lit en décembre 2011. Alain Simon avait demandé aux acteurs qui en avaient envie d’écrire un texte sur cette même thématique du lit. Alice Chenu avait écrit ce monologue très personnel que nous avons voulu faire connaître au public, en proposant à la comédienne auteure de se mettre au service de son texte avec la complicité de la comédienne Noëlie Giraud et de la musicienne Julie Biereye.

Cette improvisée est l’occasion pour le public de mieux connaître l’univers de cette comédienne qu’ils ont vue dans plusieurs créations du Théâtre des Ateliers et tous les mercredis depuis 20 ans dans tous les spectacles Jeune public de l’opération Lecture plus. Alice Chjenu est également intervenante artistique pour l’option théâtre du lycée Cézanne en partenariat avec le Théâtre des Ateliers. Elle révèle dans ce texte toute la difficulté pour exister qu’a rencontrée cette génération de soixante-huitards « pratiquants ». Elle le fait avec colère, lucidité, dans un style direct et sans complaisance qui fait de ce monologue un acte artistique singulier pour notre époque/

 Avec Alice Chenu, Noëlie Giraud, Julie Biereye.

 Tarif unique 7 €

 Retour sur tous les articles « Critiques »

Vu par Zibeline

Difficile d’être les enfants de la génération qui a interdit d’interdire…

L’art de la joie

• 3 avril 2015, 3 avril 2015 •

Difficile d'être les enfants de la génération qui a interdit d'interdire... - Zibeline

Improvisée n° 4 au Théâtre des Ateliers… Au menu, une création, un texte écrit sur la proposition d’Alain Simon à la suite de sa propre pièce Le Lit. Le dramaturge, acteur, metteur en scène avait proposé à ses comédiens d’écrire à leur tour sur le même thème. Alice Chenu a joué le jeu. Quasiment racinien, Alain Simon rappelle en début de spectacle, « j’ai pris ce texte, l’ai lu, l’ai relu, il m’a plu ». Et c’est ainsi que l’on a eu le bonheur d’une découverte, Le Lit d’Alice, ou soixante-huit tard que jamais. Entre lit de justice, critique souveraine d’une époque où les extrêmes se conjuguent, et dit farcesque et théâtral, les mots coulent, se heurtent, jouent des brisures, des fêlures, emportés par une inépuisable énergie. Il y a Julie Biereye à l’accordéon avec le souvenir des chansons de Colette Magny, (Melocoton), la comparse privilégiée des Lectures plus, Noëlie Giraud, les lumières et les projections d’images de Syméon Fieulaine. Récit intime et extime à la fois, dans la distanciation propre au théâtre… Une personnalité forte, attachante, essentiellement libre, se dessine. Refus des aphorismes, dictons pris à rebrousse-mot, flot d’histoires, d’humeurs, de révoltes, de passions, de rêves, bref, de vie, avec ses errances, ses retournements, ses coups de cœur, ses coups de gueule, dans une écriture qui ne s’embarrasse pas de fards, sait nommer un chat un chat, sait être libre dans une esthétique du « cœur à nu », mais sans jamais un larmoiement ou un apitoiement quelconque sur soi. On en sort plus fort, végétarien ou presque, touchés, émus, mais aussi transportés par cet ‘art de la joie’ (reprenant le titre du roman de Goliarda Sapienza L’art de la joie), lucide, jamais niais mais humain et libre absolument.

MARYVONNE COLOMBANI
Avril 2015

Vu le 03 avril au héâtre des Ateliers, Aix-en-Provence

Photo © Théâtre des Ateliers.