Aller au contenu

Articles de la catégorie ‘Séminaires promotion 2012-13’

24
Mar

La Leçon de la Sainte-Victoire dans les pas de Peter Handke

15
Fév

Comme avant ? -Théâtre Workshop, création 2022

Comme avant ? Théâtre Workshop

Conception et direction artistique Alain Simon
assistante à la mise en scène Bénédicte Menissier
Lumière Syméon Fieulaine

avec Jeanne Alcaraz, Loïc Basille, Syméon Fieulaine, Noëlie Giraud, Elyssa Leydet Brunel, Emmanuelle Moufle-Milot, Nina Sikora, Mickaël Zemmit

Comme avant? est  la mise en œuvre d’une pratique de création inspirée par Joan Littlewood, fondatrice du Théâtre Workshop  de Londres, qui s’était fait connaître en France au Théâtre des Nations   avec son spectacle Ah ! Dieu que la guerre est jolie ! Alain Simon l’avait fait venir à Aix-en-Provence en 1979 pour un stage de dix jours où il avait pu expérimenter cette méthode qui consiste à réunir des artistes de différentes disciplines et d’écrire un spectacle en croisant toutes les propositions autour d’une même thématique ! Pour Comme avant ? le fil rouge qui relie toutes les propositions des artistes est la question qu’ils se posent, comme beaucoup de personnes, après ces deux années de couvre-feux et de confinement : “on fait comme avant ?”. Une autre influence qui a animé ce travail est le concept de Gilles Deleuze qui définit la création comme essentiellement un travail d’agencement ! Dans cet esprit d’agencement, le projet d’Alain Simon a été de faire de toutes ces propositions – textes, musiques, danse, performances – un ensemble homogène et un tout artistique qui ne soient pas que l’addition des parties qui le constituent !

Théâtre des Ateliers d’Aix-en-Provence, 29 place Miollis

    Réservations 04 42 38 10 45 / theatredesateleiers@yahoo.fr
Places à 15 €, adhérents, étudiants 12 €, scolaires 7,50 €

Passe vaccinal et masque demandés à l’intérieur du théâtre

« Comme avant ? », nouvelle création du Théâtre des Ateliers, à Aix-en-Provence

Le Théâtre des Ateliers dévoilait sa nouvelle création, Comme avant ?, conçue sur le modèle des travaux initiés par la metteuse en scène et fondatrice du Théâtre Workshop de Londres, Joan Littlewood (1914-2002), qui réunissait des artistes issus de diverses disciplines et croisait leurs propositions autour d’une même thématique. Le fil rouge choisi, en écho à nos époques troubles, reposait sur la question, commune à tous après deux années de confinements et de restrictions : « On fait comme avant ? ». « Liberté entière a été laissée aux artistes dans la conception du matériau “écriture”, sourit Alain Simon, à la conception et direction artistique du projet, textes, musiques, danse, performances, ont ensuite été agencées selon le principe de Gilles Deleuze qui voit le travail artistique d’abord comme un “travail d’agencement”, par tirage au sortSont apparues des coïncidences étonnantes entre les textes, d’éblouissants hasards qui ont dessiné une structure, comme une métaphore d’une création originelle. Pas d’esprit qui précèderait la formation des choses, mais tout s’organise organiquement et crée sa propre logique lumineuse. »
Comme dans un oratorio classique, les solistes se succèdent, parfois réunis en chœur dansant, chantant, en des ensembles d’une fine justesse. Elyssa Leydet Brunel ouvre le bal, une brassée de fleurs dans les bras, interroge la sémantique, le sens grammatical du terme « avant » et met en évidence le caractère malléable du temps : « le problème avec “avant”, c’est qu’il est en même temps passé et futur. C’est une question de préposition… ». Ses comparses défilent, chacun avec une couleur, une sensibilité, une approche différente, l’une en a assez de danser seule, l’autre voit le virus comme une anomalie ordurière et reprend les mots de Simone Weil « la bête de l’apocalypse est la pression sociale », l’autre perché sur talons hauts offre une interprétation déjantée de l’aria de Haly, Le femmine d’Italia (L’Italienne à Alger de Rossini), nous entraînant dans une folie lyrique que n’aurait pas reniée Klaus Nomi… Une noce devient le symbole de toute une société dont la mort nous exclut : le vieil Émile n’a peut-être pas compris qu’il n’appartenait déjà plus à ceux qui l’entourent et son passage au sein de la nature sauvage ne permet pas d’abolir les petitesses du monde… Les compositions à partir de motifs traditionnels ourlent de leur poétique richesse un spectacle magistralement orchestré, tandis que les Demoiselles d’Avignon se profilent en ombres chinoises et que les effets d’ombre et de lumières de Syméon Fieulaine savent soutenir le propos avec une subtile élégance. La mise en scène d’Alain Simon assisté de Bénédicte Menissier coud avec bonheur cet ensemble qui passe du trivial au sublime, du comique à l’émotion grave, sans jamais perdre son unité grâce à des effets de miroir, d’échos, de retournements, qui tissent une trame colorée et originale. Elyssa Leydet Brunel, Jeanne Alcaraz (artiste lyrique qui mène le final chanté), Noëlie GiraudLoïc Basille, Emmanuelle Moufle-MilotNina SikoraMickaël Zemmit, apportent à cette œuvre polyphonique leur fraîcheur, leur vivacité, leur talent.
MARYVONNE COLOMBANI
Février 2022
Comme avant ? a été créé au Théâtre des Ateliers, Aix-en-Provence, les 24, 25 & 26 février
Photo : © Cagliari
2
Mai

Improvisée n°2, Ex Voto

Improvisée n° 2 : Ex Voto
une proposition de Noëlie Giraud lundi 29 avril à 20h30

C’est à Noëlie Giraud qu’est confiée la deuxième improvisée 2018-2019 qui ouvre le dernier trimestre de la saison du Théâtre des Ateliers. Membre de l’équipe artistique et pédagogique du Théâtre des Ateliers depuis 2015, en charge de l’Option théâtre du Lycée Cézanne, et comédienne dans les spectacles Lecture plus, Noëlie Giraud a été en mars dernier avec Elyssa Leydet Brunel l’auteure et l’interprète de la création 2019 Dialogue, pièce écrite à deux voix par échange de mails.

Avec Ex-Voto, qu’elle détourne de sa signification religieuse, de même pour les Réjistus portugais, boites vitrines contenant des paysages et des personnages en papiers mâchés peints et tissus brodés, Noëlie Giraud nous entraîne à la découverte de ses boites personnelles qu’elle rapproche de la boite d’une scène de théâtre, et du roman d‘Alessandro Baricco Mr Gwyn, écrivain renommé qui après plusieurs années de silence et la découverte d’une exposition de portraits, décide de faire des portraits écrits de personnes qui posent plusieurs semaines dans son atelier…

« Je pourrais digresser, dire que cette scène derrière moi…avec ce fond noir, cet espace vide, c’est aussi une boîte, où le metteur en scène, en utilisant des acteurs, rend hommage à des êtres, des personnages qui l’inspirent. Les acteurs offrent un Ex-voto au public, une offrande en échange d’être là sur scène dans une intensité dramatique.

Avec Alain Simon, on aimerait vous lire cette rencontre dans l’atelier/coffret/reliquaire du peintre-écrivain Mr Gwyn et de cette jeune femme qui s’offre à son regard en échange de son portrait. » Noëlie Giraud

Théâtre des Ateliers d’Aix-en-Provence – 29 place Miollis

Places à 11 € – adh. étud. 7,50 € – rés. 04 42 38 10 45 / theatredesateliers@yahoo.fr

6
Avr

Jacques Brossier ingénieur poète

26
Fév

Travaux de recherche sur les textes de l’auteur associé

Premier rendez-vous après ces froides vacances d’hiver : lundi 12 mars a 19h.
Pour de plus amples informations, vous pouvez visiter la vidéo de présentation.
https://www.theatre-des-ateliers-aix.com/wp-content/uploads/2018/02/invit-Monologues-et-travaux-Guy-R%C3%A9gis-page-002-1.jpg
Après  leurs performances lors de l’inauguration de l’exposition Trait d’Union au Musée des Tapisseries le 2  février, la présentation de leurs écritures scéniques le 8 et de leurs propositions chorégraphiques le 22 février, pour leur neuvième rencontre avec le public les élèves comédiens de “La compagnie d’entraînement” présentent le lundi 12 mars à 19h leurs travaux de recherche sur les textes de l’auteur associé à leur promotion, Guy Régis Junior.
 Auteur, metteur en scène, comédien et dramaturge haïtien,  directeur artistique du Festival des Quatre Chemins  de Port au Prince, Guy Régis Junior assistera  à la séance avant de faire travailler les élèves comédiens en séminaire pendant trois jours.
A l’issue de la séance de lundi, vers 21h, il rencontrera le public pour parler de son travail de dramaturge et de metteur en scène. 
Avec: Nina-Karine Beltaief, Nezha Benzerga, Jeanne Boilard, Emilie Cavalieri, Quentin Da Silva Jesus, Johann Delaporte, Alice Faravel, Louis Gérome, Julien Mersseman et Aurélie Preux.
 
“La compagnie d’entraînement” est une formation professionnelle qui met l’accent sur l’apprentissage du métier de comédien grâce à un travail intensif d’un an de création, d’essais et de recherches en relation avec le public, en privilégiant le travail en compagnie. De fréquents rendez-vous avec le public, les échanges des élèves entre eux, l’intervention d’artistes invités pour des séminaires, l’accompagnement théorique et pratique font l’originalité de cette formation. Chaque promotion est associée à un auteur contemporain et les élèves expérimentent, recherchent, s’entraînent sur son œuvre tout au long de leur formation, et travaillent avec lui au cours d’un séminaire de trois jours en vue de la création en juin d’une de ses œuvres pour 8 représentations.


17
Nov

Les monologues des élèves et les théoriciens du théâtre

Nous avons le plaisir de vous faire part des deux prochains rendez-vous avec les élèves comédiens de “La “compagnie d’entraînement” : Nina-Karine Beltaief, Nezha Benzerga, Jeanne Boilard, Emilie Cavalieri, Quentin Da Silva Jesus, Johann Delaporte, Alice Faravel, Louis Gérome, Julien Mersseman et Aurélie Preux..
– le mardi 28 novembre à 20h30, ils présenteront chacun un Monologue écrit pour un autre élève : Jean Racine a écrit le rôle de Phèdre en pensant à la comédienne qui allait l’interpréter. Cela n’a pas empêché le rôle d’être universel. Les élèves de “La compagnie d’entraînement” écrivent chacun un monologue pour un de leurs camarades; Celui si l’apprend puis l’interprète à sa manière en public.Il est demandé ni à l’auteur de justifier son écriture sur son texte ni à l’interprète de lui poser des questions sur ses intentions
le jeudi 14 décembre à 19h, et en clôture d’un trimestre de formation, ils présenteront leurs travaux sur les théoriciens du théâtre. A partir de textes théoriques qui les aident dans leur pratique d’acteur, les élèves comédiens expérimentent en public les applications sur scène de leurs découvertes.
Ces travaux sont sous la responsabilité des élèves.
Nous espérons que vous serez nombreux à venir les encourager par votre présence attentive et amicale.

4
Nov

Séminaire Jean-Marie Broucaret

20
Mar

Présentation des travaux sur les textes d’Alexandra Badea

Après   la présentation de leurs écritures scéniques le 9 février et leur présentation des travaux de fin d’atelier chorégraphique sous la direction de Guillaume Siard, nous avons le plaisir de vous inviter à la dixième rencontre avec le public des élèves comédiens de “La compagnie d’entraînement” du Théâtre des Ateliers d’Aix-en-Provence le jeudi 16 mars à 19h.

Avant de travailler trois jours en séminaire avec Alexandra Badea, auteure associée à leur promotion et dont l’œuvre les accompagne tout au long de leur formation, les élèves comédiens présenteront en sa présence leurs travaux de recherche sur ses textes. 
A l’issue de la séance, à 21h, Alexandra Badea  rencontrera le public pour parler de son travail de dramaturge et de metteure en scène

avec Lina Maria Acevedo-Sierra, Paul Barrier, Pierre-Arnaud Chignier-Riboulon, Corentin Du Mortier, Lisa Iannelli, Aurélien Muguet, Camille Nauffray, Nelly Pons, Laetitia Sadak, et Nassim Sekkal

  Entrée libre

« La compagnie d’entraînement » et l’auteure associée  Alexandra Badea au Théâtre des Ateliers
Le jeudi 16 mars, nous avons assisté au Théâtre des Ateliers à l’un des temps forts du travail de formation, par Alain Simon, des jeunes comédiens de « La compagnie d’entrainement ». En présence de la jeune auteure Alexandra Badea qui est l’auteure associée à leur promotion,  ils ont mis en scène et interprété  des extraits de plusieurs de ses œuvres selon 7 propositions élaborées collectivement. Sur des textes engagés qui dénoncent l’aliénation, la violence et la pression psychologique et sociale auxquels sont soumis les individus dans notre société, ils ont imaginé des approches théâtrales très différentes, allant du jeu dramatique au clown triste en passant par l’humour et la comédie musicale. L’ensemble de ces propositions leur a permis de mettre en application les techniques de jeu acquises pendant leur formation et nous a permis, à nous spectateurs, d’aborder avec des éclairages différents l’œuvre déjà importante d’ Alexandra Badea. Celle-ci a accepté, à l’issue du spectacle,  de parler, avec les comédiens et le public, de son travail de dramaturge et de metteur en scène et nous a confié que, si la critique sociale avait été et reste le ferment de son inspiration, elle n’était pas fondamentalement pessimiste et qu’elle voyait dans la jeunesse des raisons d’espérer.
C’est en tous cas une auteure importante que le Théâtre des Ateliers nous a permis de découvrir. Malgré sa jeunesse (elle est née en 1980 en Roumanie), elle a déjà écrit de nombreuses pièces (dont certaines ont reçu des récompenses) et elle a publié un premier roman où elle dit avoir exprimé des choses plus intimes. C’est donc avec curiosité que l’on approfondira l’œuvre de cette auteure et c’est avec impatience que l’on attend de voir la pièce que « La compagnie d’entrainement » aura choisie et qu’elle nous présentera en juin. A ne pas manquer ! Pierre Le Borgne
 Burnout : Lina Maria Acevedo Sierra.

Je te regarde : Aurélien Muguet, Laetitia Saddak et Paul Barrier

Mode d’emploi : Lisa Iannelli Corentin Du Mortier, Paul Barrier, Aurélien Muguet, Camille Nauffray, Lina-Maria Acevedo Sierra et Paul-Arnaud Chignier-Riboulon.

 

9
Jan

Improvisée n° 2 : Inventer sa danse

9
Jan

reprise de “Sous le signe du chien” aux Ateliers et à Claix

Mardi 8 novembre  à 20h30 – reprise de Sous le signe du Chien – Monologue 1

Texte et mise en scène  Alain Simon – Assistant à la mise en scène Gilles Jolly.

Lumières Syméon Fieulaine -Musique Mickaël Zemmit

Avec Alain Simon et Mickaël Zemmitinfo-signe-du-chien-2-page-001

Nous avons le plaisir de vous convier à la reprise de la création 2015 du Théâtre des Ateliers Sous le signe du chien – Monologue 1  d’Alain Simon qui en fait la mise en scène et l’interprète avec Mickaël Zemmit, musicien et comédien issu de la promotion 2011-2012 de “La compagnie d’entrainement” du Théâtre des Ateliers. Sous le signe du chien sera donné le 18 novembre à Claix, ville satellite de Grenoble.

Pour cette performance, j’aimerais reprendre à mon compte cette phrase de Dieudonné Niangouna, auteur associé  à « La compagnie d’entraînement » 2015-2016 : “je ne viens pas raconter sur scène  ce que j’ai écrit. Je viens écrire sur scène ce que je n’ai pas fini sur la page …”  Alain Simon

Pourquoi dire son texte ? Écrire c’est mettre au jour une langue prête à vivre, et jouer son texte c’est faire vivre l’écriture en révélant ses enracinements cachés. Écrire, de toute façon est l’œuvre de cet autre qui est nous-même, et la consanguinité entre un auteur qui serait aussi son propre interprète n‘existe que si on est le propriétaire narcissique de son texte. Pessoa créa tous ses patronymes parce qu’il était persuadé en lisant un poème qu’il avait écrit quand il avait dix-sept ans que «  ce n’est pas moi qui ai écrit ça, c’est un autre et cet autre je vais lui donner un nom ».
 
“Je cherche à écrire comme mon cerveau pense, par association d’idées. Mes archives personnelles n’y sont pas classées par rubrique comme dans une bibliothèque mais en désordre, reliées entre elles par des fils affectifs ou par le hasard des coïncidences et de la temporalité”.  Alain Simon

Entrées à 15€, adhérents, étudiants, ATP, 11 €, pass’Arts 7€, réservations 04 42 38 10 45 ou theatredesateliers@yahoo.fr

Production du Théâtre des Ateliers d’Aix-en-Provence