Aller au contenu

Articles de la catégorie ‘Lecture Plus Jeune Public’

4
Avr

Lecture plus jeune public par la compagnie d’entraînement 2016-2017

Le crabe qui jouait avec la mer, d’après une des Histoires comme ça de Rudyard kipling

Zibeline : L’actualité culture et société en région PACA, et au delà

Lecture plus, La Compagnie d’entraînement du Théâtre des Ateliers joue Kipling

Le Crabe Roi

• 10 avril 2017⇒14 avril 2017 •

Lecture plus, La Compagnie d'entraînement du théâtre des Ateliers joue Kipling - Zibeline

C’est une tradition, chaque année, la compagnie d’entraînement, se plie au jeu de Lecture Plus, vous savez, cette lecture mise en scène, jouée, aux décors et costumes inventés avec une virtuosité et un humour délicieux, destinée aux petits et grands, suivie d’une conversation avec les acteurs, qui permet de découvrir les « ficelles du métier », et d’un goûter qui prolonge par ses saveurs gourmandes le bonheur du spectacle. Le théâtre y est une fête, intelligente et accessible, et parcourt les imaginaires du globe bleu que l’on nomme la Terre et dont on apprend à se sentir citoyen. Ce mois d’avril, les élèves comédiens de la Compagnie d’Entraînement, promotion 2016-2017 Alexandra Badea, poursuivent, sous la houlette d’Alain Simon, l’exploration des contes de Kipling avec Le crabe qui jouait avec la mer (extrait de Histoires comme ça). Lina Maria Acevedo-Sierra, Paul Barrier, Pierre-Arnaud Chignier-Riboulon, Corentin Du Mortier, Lisa Iannelli, Aurélien Muguet, Camille Nauffray, Nelly Pons, Laetitia Sadak et Nassim Sekkal, nous raconteront cette légende des Tout-Commencements, lorsque l’Aîné des Magiciens préparait Terre et Mer et déterminait les jeux auxquels chaque espèce aurait le droit de jouer : une seule règle pour tous, devoir obéissance à l’Homme. Ce qui ne fera pas du tout l’affaire de Pau Amma, le Crabe Roi. Il s’enfuit sous l’Arbre des Merveilles, au cœur du monde… Que de complications ! Jusqu’où mènera cette résistance ? La désobéissance peut-elle être une vertu ? Que de questionnements à la fin pour parents et enfants ! Aux « Tout-Commencements » de la réflexion… un autre continent à cultiver !
MARYVONNE COLOMBANI
Avril 2017
10 au 14 avril
Théâtre des Ateliers, Aix-en-Provence
04 42 38 10 45 / theatre-des-ateliers-aix.com
Photographie © X DR
 
9
Jan

le chat qui allait tout seul – Lecture plus 2016-2017

Lecture plus 2016-2017 : deuxième  Histoire comme ça de la saison : Le chat qui s’en va tout seul…

 

18
Août

L’Enfant Éléphant

Mercredi 19 octobre à 15h : Lecture Plus, L’enfant éléphant   – dans le cadre de Mômaix

d’après Une histoire comme ça de Rudyard Kipling

L'enfant Éléphant

L’enfant Éléphant

Au tout début des temps l’éléphant n’avait pas de trompe, mais un tout petit nez. Que s’est-il passé pour que ce nez s’allonge, s’allonge jusqu’à devenir cette superbe trompe que tout le monde connaît ? C’est ce que raconte cette Histoire comme ça.

Rudyard Kipling dans ses Histoires comme ça explique à sa façon pleine d’humour et de poésie pourquoi l’éléphant a une grande trompe, pourquoi la grosse baleine ne mange que de tout petits poissons,  pourquoi il y a des marées dans la mer, pourquoi les chats au contraire des chiens ont un caractère si indépendant. Certaines formules qu’il emploie, certaines images restent imprimées pour la vie dans l’imaginaire des enfants qui ont eu la chance qu’on leur raconte ces histoires comme ça !

Lecture plus s’adresse au jeune public tout au long de la saison.

A partir de la lecture d’un conte, les comédiens du Théâtre des Ateliers créent un théâtre d’urgence, provisoire, spontané, fait de carton, de lumière et d’obscurité. Les contes de cette saison proviennent des Histoires comme ça de Rudyard Kipling,. Chaque séance est suivie d’une rencontre-goûter, moment de convivialité pour les enfants qui peuvent échanger leurs impressions avec les comédiens, voir comment sont conçus décors et accessoires, et s’emparer du plateau.

Deux autres Histoires comme ça seront proposés en 2017.

Avec Jacques Brossier, Noëlie Giraud et Gilles Jolly.

mercredi 20, jeudi 21, vendredi 22, lundi 24 lundi 24, jeudi 27 octobre – mercredis 9 et 31 novembre à15h.

Attention, les séances des 24 et 27 octobre sont complètes

à partir de 4 – 5 ans  Tarif unique  7 € (goûter compris pour les enfants.)  Tarif spécial pour les Centres Sociaux à partir de 10 enfants : 5,50 €

Informations / réservations recommandées : 04 42 38 10 45 / theatredesateliers@yahoo.fr

30
Mar

Makoza et sa petite sœur Kilembé

Makoza et sa petite sœur Kilembé

11
Jan

Le secret des eaux du Loufoulakari – Conte du Congo

C’est le deuxième conte du Congo de la saison, après L’arbre qui parle, donné dans le cadre de Mômaix au premier trimestre.  Ces deux contes sont également présentés à 12 classes des écoles primaires d’Aix-en-Provence, dans le cadre de l’Éducation artistique et culturelle de la Ville d’Aix.

Le secret des eaux du Loufoulakari

 

Le Congo, c’est un fleuve ou un pays ? Peu importe, on y apprend l’essentiel, la réalité est encore plus belle que les contes !

Sur les rives des contes

• 27 janvier 2016⇒10 février 2016, 27 janvier 2016⇒10 février 2016 •

Le Congo, c’est un fleuve ou un pays ? Peu importe, on y apprend l’essentiel, la réalité est encore plus belle que les contes ! - Zibeline
Les spectacles de Lecture plus au Théâtre des Ateliers ne sont plus à présenter. Une lecture, mais mise en scène (Alain Simon), avec les moyens du bord (on doit pouvoir faire la même chose chez soi), inventive, spirituelle, délicieusement déjantée. Chaque année, un nouveau thème, un nouveau pays. La saison 2015-2016 s’attache au Congo, « fleuve ou pays ? ». Le voyage instruit aussi ! L’équipe de nos lecteurs-conteurs-acteurs-bricoleurs-enchanteurs, Maxime Potard, Noëli Giraud et Jacques Brossier, nous entraîne cette fois-ci sur les bords du Loufoulakari, affluent du Congo (le fleuve). Dressons une pauvre cabane, assortie de sa passerelle (qui suscitera de nombreuses interrogations de la part du public), à l’intérieur de laquelle vit un pauvre homme, fui de tous les villageois car il est sans le sou, Babela le Mal Aimé. Il a faim, n’arrive pas à pêcher sa subsistance, et se contente de quelques malheureuses crevettes. La crue du fleuve, long tissu léger animé par le souffle d’un ventilateur, apporte à notre héros un œuf énorme, d’où sort la fille du dieu Dongo. Amour partagé, enfants… et le réveil après le songe. Le bonheur s’évapore, mais l’œuf toujours entier va faire une bonne omelette, et Babela va devenir chasseur d’œufs. Sa nouvelle prospérité lui attire la sympathie des villageois (sic !). Ensuite, comme dans tout conte qui se respecte, le sosie de la jeune déesse, mais sous forme bien humaine, cette fois, viendra partager chant et cabane sur l’eau… « Siya hamba koukwaniere kwendo ! » entonnent nos deux tourtereaux. Le secret des eaux du Loufoulakari garde son mystère… le dieu Dongo a-t-il récompensé notre mal aimé ? L’ingéniosité et la patience viennent à bout de tout ? Le public essentiellement composé d’enfants (moyenne d’âge quatre ans, si l’on exclut les grandes personnes ravies de ‘devoir’ accompagner les plus petits !) est attentif, de bout en bout, se réjouit d’avoir le privilège de venir sur scène pour jouer le rôle des enfants imaginaires de Babela, ou ceux d’un pêcheur dans sa barque, pose des questions, déguste des madeleines au goûter qui suit… Quels merveilleux souvenirs à engranger et qui renaîtront peut-être, lorsque les enfants devenus  grands  savoureront de ces « gâteaux courts et dodus »…
MARYVONNE COLOMBANI
Janvier 2016
Vu le 27 janvier, Théâtre des Ateliers, Aix-en-Provence
© Alain Simon
Mercredis 3 et 10 février à 15h
Théâtre des Ateliers, Aix-en-Provence
04 42 38 10 45
8
Oct

L’arbre qui parle – conte du Congo

L'arbre qui parle

L’arbre qui parle (Jaques Brossier)

(Dans le cadre de Mômaix)

Dans la forêt vierge du Congo peuplée d’animaux sauvages, existait un arbre très mystérieux. Un jour qu’un villageois et son chien partirent chasser dans la forêt, sans attendre son maître, le chien s’enfonça dans la végétation luxuriante et disparut après avoir importuné « l’arbre qui parle »…

Avec  Jacques Brossier, Alice Chenu, Noëlie Giraud et Gilles Jolly

A 15 h : lundi 26, mardi 27, mercredi 28, jeudi 29 octobre, les mercredis 4 et 18 novembre et 9 décembre (dans le cadre de Mômaix)

Dimanche 8 novembre à 15h, à la Salle des Fêtes de Pourrières (dans le cadre de Musique Expression)

 

L’arbre qui parle  : D’abord l’ambiance : une salle pleine ! Je me demande : comment capter l’attention de tous ces jeunes enfants ? Un conte africain…. Un arbre qui parle ou plutôt qui « engloutit », quatre petites maisons en carton et la magie opère, un chien fou qui aboie – Ô superbe Alice ! – nous voilà tous embarqués dans la forêt vierge avec ses animaux incarnés par des comédiens inventifs, drôles, à l’énergie communicative, un vrai bonheur ! Je me régale de leurs trouvailles corporelles, les enfants rient aux éclats, certains iront sur le plateau jouer aussi « les petits rongeurs ». Le ballet des deux mamies, dans leurs boubous improvisés, est irrésistible ! Un chant africain termine le spectacle. Les enfants poseront ensuite de nombreuses questions sur le « comment » et le « pourquoi » du théâtre. Michèle Bonnet, mercredi 28 octobre 2015 (Michèle Bonnet a été en charge de l’Option théâtre du lycée Cézanne à sa création). 

 

 

 

 

10
Mar

Hayry Rouchy – spectacle Lecture plus-jeune public

 

 

Retour sur tous les articles « Critiques »

Vu par Zibeline

L'aventure celte se poursuit au théâtre des Ateliers - Zibeline

L’aventure celte se poursuit au Théâtre des Ateliers

Lectures en pays celte (suite)…
• 11 mars 2015⇒22 mars 2015 • L’aventure celte se poursuit au théâtre des Ateliers – Zibeline
Le périple des contes celtiques initié cette année par la belle formule de Lecture plus au théâtre des Ateliers se poursuit avec un module à trois, (Alice Chenu, Noëlie Giraud et Jacques Brossier), pour narrer les aventures de Hayry Rouchy qui ne connaissait pas la peur et donc, souhaitait enfin éprouver les sensations extraordinaires qu’elle procure, cheveux qui se dressent sur la tête, chair de poule (la formule est amusante n’est-ce pas !), et frissons par tout le corps (quels délices en perspective !!!). Bon, ce n’est pas vraiment l’histoire de Hayry Rouchy, mais l’ambiance reste ecossaise, le conte en attrape d’autres par le bout des « il était une fois », les absorbe, et ce beau mélange donne une savoureuse histoire où Halloween s’explique avec une clarté enfantine. Trois bouts de torchon, une attitude, et voilà nos héros en route, pour un public d’enfants ravis. Les parents ont bien de la chance de les avoir comme prétexte pour aller savourer eux aussi le charme de la représentation. Moi, j’ai un article à écrire, cela fait sérieux aussi… Ne le cachons pas, la qualité de ces spectacles touche tout le monde, et il n’est pas nécessaire de fournir un alibi pour accéder à un plaisir qui reste bien avouable !

MARYVONNE COLOMBANI
Avril 2015

Vu au théâtre des Ateliers (Aix-en-Provence) le 25 mars.

Photo : copyright Théâtre des Ateliers

Prochaines représentations au théâtre des Ateliers les 15 et 22 avril prochains à 15heures

29
Jan

La Forêt de Brocéliande

 

 

Image en ligne

Yvain et Lodine, gardienne de la fontaine enchantée de Brocéliande

Zibeline

Retour sur tous les articles « Critiques »

Vu par Zibeline

Lecture Plus nous entraîne en forêt de Brocéliande…

Amours et tournois

• 21 janvier 2015⇒27 février 2015 •

Lecture Plus nous entraîne en forêt de Brocéliande... - Zibeline

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore le principe de Lecture plus, il s’agit de lecture, plus du théâtre, en une forme rapide, concoctée en quelques jours, dynamique, simple, avec des décors et des costumes à la portée de tous même si vous êtes un enfant très jeune ou un grand pas trop bricoleur, mais avec des idées quand même, de l’imagination, de la fantaisie… le dernier exploit du quatuor enjoué du théâtre des Ateliers, mis en scène avec bienveillance et précision par Alain Simon. Puisant dans le vaste répertoire des récits de la légende arthurienne, la troupe de Lecture Plus s’attache ici à faire revivre une des belles histoires nées des mystères de la forêt magique de Brocéliande, avec Yvain, le chevalier au lion. Comment ce jeune et preux héros de la Table Ronde vient défaire le Chevalier Noir, gardien de la fontaine ensorcelée, rencontre la mutine et capricieuse Dame Laudine, la conquiert, la perd, la retrouve à nouveau pour le meilleur. Adaptation libre de l’histoire signifie aussi apparition de nouveaux personnages, les fées Hideuse et Mauvaise et l’abandon d’autres, comme le géant Harpin de la Montagne… Les enfants spectateurs, pour une fois, participent tous (ceux qui ne sont plus vraiment des enfants ne s’en privent pas aussi d’ailleurs !), esclaves malheureux des fées, tirent les rubans, pardon les fils de soie d’une grosse bobine, non, de leurs métiers à tisser… On rit, on se laisse emporter par le rythme endiablé de cette narration où les voix se croisent, les personnages s’échangent, se distribuent… Fin de l’illusion théâtrale ? Assurément non ! Si l’on connaît toutes les ficelles du spectacle, l’habileté de nos joyeux acteurs-lecteurs (Jacques Brossier, Alice Chenu, Noëlie Giraud et Maxime Potard) consiste à nous les faire oublier, ou plutôt à nous les faire savourer, multipliant le plaisir d’entendre un récit captivant par la conscience même de sa construction. La distanciation s’érige en art. Un pur bonheur !

MARYVONNE COLOMBANI

Mars 2015

Vu au théâtre des Ateliers, Aix-en-Provence le 25 février

©théâtre des Ateliers

30
Juin

Cuchulainn et Ferdiad : les frères ennemis

Dans le cadre de Mômaix

à 15 h : mercredi 15, lundi 27, mardi 28, mercredi 29, jeudi 30 octobre

mercredis 12 novembre, 19 et 26 novembre

mercredi 3 décembre

Avec  Jacques Brossier, Alice Chenu, Noëlie Giraud et Gilles Jolly

Cuchulainn et Ferdiad s’aiment comme deux frères, ils ont tout appris ensemble et sont tous deux de grands guerriers. Mais un jour leurs royaumes respectifs entrent en guerre l’un contre l’autre. Refusant tout d’abord le combat, ils sont obligés de s’affronter… Ce conte est une des nombreuses versions de l’un des plus célèbres de la tradition orale celtique. On rapporte qu’en conquérant l’Armorique les romains coupaient la langue aux femmes pour les empêcher de raconter à leurs enfants les exploits des guerriers celtes.

A partir de la lecture d’un conte, les comédiens du Théâtre des Ateliers créent un théâtre d’urgence, provisoire, spontané, fait de carton, de lumière et d’obscurité. Les contes de cette saison proviennent des pays celtes, et permettront  aux enfants de découvrir un autre univers, une autre culture, et en même temps de mesurer le caractère universel des contes. Chaque séance est suivie d’un goûter-rencontre, moment de convivialité pour les enfants qui peuvent échanger leurs impressions avec les comédiens, voir comment sont conçus décors et accessoires, et s’emparer du plateau.

à partir de 4 – 5 ans –

Tarif unique  7 € (goûter compris pour les enfants) réservations  indispensables : 04 42 38 10 45 / theatredesateliers@yahoo.fr

Texte envoyé par Michèle Bonnet, qui a assisté avec son petit fils Matteo à la séance du 29 octobre :

La dernière séance ? Non heureusement ! Il me reste un dernier petit fils ; je viens à Lecture Plus depuis la création – il y a 20 ans. Mes petits enfants sont venus dés l’âge de 3 ans, et je me régale toujours autant ! Ce mercredi 29 octobre, c’est la légende de Cuchulainn – conte celtique. Mattéo a beaucoup aimé « le chevalier, la couronne du roi, les cabrioles, le taureau, les dessins, le jus de fruit et les bonbons ». L’histoire n’est pas simple mais le jeu très expressif captive les enfants – du plus petit au plus grand. Les accessoires et les costumes bricolés nous transportent dans un autre monde, très loin de nous et pourtant si proche par ses problèmes : la guerre, les rivalités, l’orgueil, la jalousie… Les enfants sont sollicités à un moment : ils jouent le retour de guerriers vaincus et blessés qui doivent exciter la colère de Ferdiad contre son ami Cuchulainn et le pousser à lui faire la guerre. Ils doivent pour cela lui lancer des insultes : « sale mioche ! » crie l’un, « cervelle de poisson ! »  invente un autre – c’est plus beau que le texte ! Cette fois la fin est tragique, c’est rare. Mais un enfant crie au mort « allez, relève-toi maintenant ! ». J’aime l’énergie et la créativité des comédiens, leur plaisir de jouer, les patientes explications données aux enfants : comment ils ont fait. Pour ce conte, pas de jeux de lumières, peu de musique, un spectacle assez sobre. Mais le taureau est très présent ! Michèle Bonnet

 

 

 

 

6
Mar

La fille du roi des éléphants Lecture plus 2014

mercredis 12, 19, 26 mars, 2, 9 et 16 avril à 15 h

Lecture Plus Jeune Public : La fille du roi des éléphants – Conte du Laos

A partir de 4-5 ans

Mise en scène Alain Simon

Avec Jacques Brossier, Alice Chenu et Noëllie Giraud

 

 

Kéo-Fa est la fille du roi des éléphants, sa mère l’a eu en buvant dans une mare formée par l’empreinte d’un éléphant. Malgré son apparence humaine elle ne trouve pas sa place au milieu des hommes et décide de retrouver son père. Bien que le roi des éléphants se méfie des humains il reconnaît sa fille et l’accepte parmi les siens. Kéo-fa semble enfin heureuse mais la rencontre avec un cornac va tout bouleverser
Adaptation de deux contes bouddhistes, cette histoire rend hommage aux animaux,  à la nature et à l’amour.

 

Kéo-fa veut faire connaissance avec les enfants du village…

Des enfants sont invités à descendre sur le plateau et à prendre part à l’action. Chaque séance est suivie d’une rencontre avec les comédiens à qui les enfants peuvent poser des questions sur le conte, son adaptation,  la mise en scène et les accessoires.  Elle se prolonge par un goûter et c’est un moment convivial très apprécié du jeune public.

Tarif unique 7 €, goûter compris pour les enfants.

 

Kéo-Fa est myope comme son père.

 

Le colporteur passe avec sa charrette chamarrée, il apporte des lunettes à Kéo-Fa, qui est myope comme son père…. mais elle ne voit toujours rien…. C’est une loupe qu’il lui faut !